Le nombre d'infections bien supérieur aux chiffres officiels

Rudolf Hauri souhaite que le port obligatoire du masque dans les transports publics ne soit levée que plus tard au printemps (archives). ©KEYSTONE/ANTHONY ANEX
Coronavirus
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le nombre d'infections au Covid-19 est certainement bien supérieur aux chiffres officiels. Le président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse Rudolf Hauri estime qu'il est de l'ordre de 150'000 par jour, dans une interview à la NZZ am Sonntag.

Officiellement, l'Office fédéral de la santé publique annonce entre 25'000 et 35'000 infections par jour, sur la base des tests. Le virus circule beaucoup actuellement. La vague actuelle est certainement supérieure à celle de janvier. Le tout est accéléré par la levée de l'obligation de porter le masque, selon lui.

Evaluer la situation

"La Confédération et les cantons vont une nouvelle fois examiner attentivement les chiffres en hausse la semaine prochaine", a indiqué M. Hauri. Ce dernier pense que la Confédération devrait encore attendre le printemps pour lever l'obligation du port du masque dans les transports publics.

Le virus n'a pas disparu et il réapparaîtra de manière saisonnière. D'après le médecin, il faut s'attendre à une nouvelle vague importante en automne.

La levée du port obligatoire du masque début avril dans les transports publics tombe au bon moment du point de vue des saisons, relève de son côté le président de la Confédérence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) Lukas Engelberger dans la SonntagsZeitung.

Mais si la situation se détériore et que cette péjoration se répercute sur les hospitalisations ces prochains jours, la Confédération devrait envisager une prolongation des mesures actuelles. M. Engelberger souhaite que les homes et les hôpitaux maintiennent de toute manière l'obligation du port du masque, vu qu'il s'y trouve de nombreuses personnes vulnérables et que le personnel doit aussi être protégé.

2e rappel?

Davantage de personnes plus âgées sont de nouveau hospitalisées, même si le risque d'être gravement atteint par le Covid-19 ou d'en mourir est moins grand. M. Engelberger pense qu'un renouvellement du rappel sera judicieux quand la protection du vaccin contre le risque de maladie grave diminuera. Mais c'est la tâche des autorités et de la Commission de vaccination d'en décider.

ATS
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
Ce SoirAMIR