Le livre du Valaisan Jacques Métrailler vient d'être réimprimé

Lauriane Pipoz
Journaliste RP

Le premier livre de deux Valaisans fait un carton. Il s’agit de «Mais où est donc passé ce crétin de machin?», de l'humoriste sédunois Jacques Métrailler et de l'illustrateur leytronain Benohit. Les secrets de leur succès.

Le premier livre de deux auteurs valaisans fait un carton. Près de 1'500 exemplaires de «Mais où est donc passé ce crétin de machin?» - oui, vous avez bien lu - ont déjà été écoulés en trois mois et demi. Ce qui a poussé leur maison d'édition genevoise, Slatkine, à le réimprimer.

De quoi s'agit-il? Cet ouvrage au nom singulier présente une enquête loufoque menée par une famille, qui a perdu son chien dans le Valais central. Ce roman humoristique est signé de la plume de deux amis, le Sédunois Jacques Métrailler et l’illustrateur leytronain Benoît Schmid, alias Benohit. Les deux acolytes se connaissent de longue date. Leur rencontre date de l'école de commerce, années durant lesquelles Jacques Métrailler écrivait "des blagues au lieu d'étudier, pendant que Benoît dessinait au lieu de travailler", sourit celui qui est devenu humoriste et économiste.

Ces deux personnages ne sont pas des inconnus. Le premier est souvent sur les planches en Valais - il se produira d'ailleurs le 15 septembre prochain à Chamoson -, tandis que le second avait fait le buzz il y a quelques années, notamment avec une reprise en français approximatif de Daft Punk. Son film animé «Demain, tous transhumains?» avait également fait parler de lui, puisqu'il avait été sélectionné pour une compétition aux Etats-Unis.

Un petit succès

C'est toutefois la première fois que les deux Valaisans se lancent dans l'exercice de l'écriture d'un livre. Raison pour laquelle un tel engouement du lectorat reste exceptionnel. Pour un premier ouvrage, 800 exemplaires sont en général imprimés, explique Delphine Cajeux, éditrice chez Slatkine. "Mais cette fois, nous en avons tiré 1500", révèle-t-elle. La maison d'édition voyait un fort potentiel en ce livre pour plusieurs raisons: la notoriété de ses auteurs, mais aussi la nature de ce livre. A la croisée entre roman classique et roman graphique, il s'agit aussi d'un petit bijou d'humour, glisse-t-elle.

On peut parler de best seller à partir de 2000 exemplaires vendus. C’est donc un petit succès, poursuit Delphine Cajeux. Qui est aussi dû à un autre facteur: leur force de frappe au niveau de la promotion. Les deux auteurs ont fait appel à leur créativité et misé sur l'originalité pour présenter leur livre dans une vidéo décalée disponible en ligne et sur les réseaux sociaux.

Une promotion qui reflète le contenu de leur livre, souligne Jacques Métrailler. Car le Sédunois insiste: il ne s'agissait que de mettre en valeur le contenu du livre et de montrer la façon dont il avait été produit. "Nous nous sommes beaucoup amusés, tant dans le processus de création de notre ouvrage que dans sa promotion", soutient-il. Et le public l'a probablement senti, suppose-t-il.

Catégories