Le Goncourt des lycéens échappe à Sarah Jollien-Fardel

Sarah Jollien-Fardel, chez elle à Bramois ©Keystone-ATS Jean-Christophe Bott
Littérature
Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

Le jury des lycéens, réuni ce jeudi à Rennes, n'a pas retenu le roman de la Valaisanne. C'est Sabyl Ghossoub, un journaliste franco-libanais, qui reçoit le prix Goncourt des lycéens 2022.

Depuis la sortie de son premier roman, "Sa préférée", le 25 août dernier, la Bramoisienne Sarah Jollien-Fardel est partout. Nous vous en parlions ici.

Son livre, publié à Paris chez Sabine Wespieser, a reçu en septembre dernier le prix du roman Fnac, l’un des cinq grands prix littéraires français. L’écrivaine était également sur la première sélection du Goncourt.
Enfin, le roman de Sarah Jollien-Fardel figurait parmi les quatre romans en lice pour le Goncourt des lycéens 2022. Un prix qui lui tenait particulièrement à coeur.

Réunis jeudi matin à huis clos, douze jurés lycéens étaient appelés à départager les romans finalistes lors d'ultimes délibérations. Malheureusement, ils n'ont pas retenu le roman de la Valaisanne. C'est Sabyl Ghossoub, un journaliste franco-libanais, qui reçoit le prix Goncourt des lycéens pour son roman "Beyrouth-sur-Seine", a annoncé ce jeudi matin le jury de douze lyà huis clos, douze jurés lycéens étaient appelés à départager les romans finalistes lors d'ultimes délibérations.

Dans son deuxième roman, le journaliste franco-libanais de 34 ans propose une réflexion sur la famille et l'immigration, en questionnant ses parents venus s'installer en 1975 à Paris, alors que la guerre va ravager leur pays.

Il succède à Clara Dupont-Monod, qui avait remporté la précédente édition du Goncourt des lycéens, pour son roman "S'adapter".

Petit frère du Goncourt, le plus prestigieux prix littéraire français, le Goncourt des lycéens se déroule chaque année de septembre à novembre. Il permet à quelque 2000 élèves des lycées généraux, technologiques, professionnels et agricoles, de la seconde au BTS, de découvrir la littérature contemporaine et de susciter le goût de la lecture.
NT/ATS