Le goéland blessé dans la croix de Saint-Joseph a repris son envol

Soigné depuis novembre au Centre ornithologique de réadaptation de Genthod, le goéland "Casimir" a été relâché dans la rade de Genève par un de ses sauveteurs. Les pompiers l'avaient dégagé de la structure de la croix de l'église Saint-Joseph où i... ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Insolite - GE
Keystone-ATS
Keystone-ATS

A Genève, le goéland, qui s'était retrouvé coincé dans la structure de la croix de l'église Saint-Joseph, a retrouvé le lac Léman mercredi. Il était soigné depuis novembre au Centre ornithologique de réadaptation (COR) de Genthod.

Complètement remis de sa mésaventure, ce goéland leucophée a été relâché dans la rade de Genève après avoir reçu la bénédiction de Maya. La fillette de 4 ans avait assisté, dans le froid, à toute l'opération de sauvetage. L'abbé Thierry Schelling de la paroisse Saint-Joseph lui avait alors proposé d'être la marraine de l'oiseau qu'elle a choisi d'appeler "Casimir".

A son tour, l'abbé a béni le goéland, considérant que la solidarité qui s'était manifestée pour lui venir en aide était un encouragement "à être des hommes et des femmes de paix" en ces temps troublés. "Bonne route et vive la liberté!" a-t-il déclaré, tandis que l'oiseau était relâché vers le lac par un de ses sauveteurs. "C'est des moments émouvants", a relevé Patrick Jacot, directeur du COR.

Une grue

Le samedi 20 novembre, les pompiers avaient mis plusieurs heures pour parvenir à libérer ce goéland. "Il était impossible d'atteindre la croix située à 48 mètres de hauteur avec l'échelle ou de passer par l'intérieur du clocher, qui était entièrement fermé", a rappelé le lieutenant Stéphane Pache, du Service d'incendie et de secours de Genève.

Finalement, une grue avait permis de rejoindre l'oiseau sous le regard de dizaines de curieux. "On n'allait pas le laisser agoniser là", a relevé le lieutenant. L'opération, qui avait mobilisé neuf pompiers professionnels et avait nécessité de bloquer une partie du trafic sur la place des Eaux-Vives, s'était terminée vers 15h00.

Os fracturé

Blessé aux ailes en raison de ses tentatives répétées pour se dégager, le goéland a été pris en charge par le COR. Il avait des plaies ouvertes. Une radio a révélé une fracture de la furcula, un os qui relie les deux clavicules et qui est essentiel pour que l'oiseau puisse voler correctement. Une contention en cage a permis à cet os, qui ne peut pas être opéré, de se ressouder.

Plusieurs traitements ont été nécessaires, et le goéland âgé d'un an a été placé en volière en décembre pour une réadaptation accompagnée de séances de physiothérapie. Il s'est remis à voler fin janvier. Mercredi, il a passé quelques instants sur l'eau parmi les mouettes et les canards puis il s'est envolé un peu plus loin sous les yeux de ses sauveteurs et des journalistes.

ATS
album_image
En ce moment
CoeurCLARA LUCIANI