Le Covid long est bel et bien consécutif à l'infection

Les symptômes persistants du Covid long découlent bel et bien de l'infection, et non d'un simple stress lié à la pandémie, selon cette étude (photo symbolique). ©KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI
Coronavirus
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'infection au coronavirus est bel et bien la cause du Covid long dont souffrent de nombreuses personnes, et non le simple stress lié à la pandémie. C'est ce que montre une étude bâloise portant sur plus de 11'000 personnes de toute la Suisse.

Menée en novembre dans le cadre de la Swiss Corona Stress Study, cette recherche a inclus 1500 personnes ayant été infectées par le coronavirus. Pour 750 d'entre elles, l'infection remontait à plus de neuf mois. La plupart (98%) n'ont pas eu besoin d'être hospitalisées.

Un groupe de contrôle de 9500 personnes n'ayant jamais fait l'objet d'un test PCR positif a également été recruté, a indiqué mercredi l'Université de Bâle dans un communiqué.

Résultats: les symptômes tels que perte de goût et d'odorat, épuisement corporel rapide, fièvre, douleurs musculaires, difficultés respiratoires, problèmes de mémoire et de concentration, vertiges et fatigue étaient nettement plus fréquents dans le groupe de personnes dont l'infection était avérée.

C'est chez les participants dont l'infection remontait à plus de neuf mois que la différence avec le groupe de contrôle était la plus marquée.

L'étude, menée par l'équipe du neuroscientifique Dominique de Quervain et actuellement en phase de prépublication, est en accord avec d'autres recherches sur le Covid long. C'est bien l'infection qui est la cause des symptômes persistants, et non le stress psychique lié à la pandémie.

Les deux groupes souffraient en effet de manière comparable de stress et de dépression, précise encore l'alma mater bâloise. Une étude genevoise récemment publiée dans le Journal of Internal Medicine et portant sur 1400 personnes est arrivée aux mêmes conclusions.

ATS