Le Conseil fédéral estime urgent de réduire les féminicides

Parmi les 147 personnes tuées entre 2011 et 2020 dans le cadre d'une relation de couple en cours ou passée, 134 étaient des femmes (image d'illustration). ©KEYSTONE/LUIS BERG
Criminalité
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Suisse connaît une proportion élevée d'homicides au sein du couple. Dans 90% des cas, les victimes sont des femmes. Le Conseil fédéral estime urgent d'agir. Il va prendre des mesures supplémentaires pour prévenir la violence domestique.

Le nombre d'homicides dans le cadre d'une relation de couple est important: ils représentent environ 40% de l'ensemble des homicides commis en Suisse, selon un rapport rédigé en réponse à un postulat de Maya Graf (Vert.e.s/BL) dont a pris acte le Conseil fédéral vendredi.

Le Conseil fédéral estime qu'il faut agir à plusieurs niveaux pour combattre les actes de violence graves. Il faut notamment renforcer la prévention et détecter plus rapidement les cas problématiques, améliorer l'analyse des risques et le soutien aux victimes de violence domestique et agir sur les représentations de la masculinité qui favorisent la violence.

La Confédération, les cantons et les organisations de la société civile ont déjà adopté le 30 avril dernier une feuille de route pour renforcer la lutte contre la violence domestique et améliorer la protection des victimes. La Confédération dispose aussi depuis cette année d'un budget de 3 millions annuels pour soutenir des projets.

Mesures complémentaires nécessaires

Mais le Conseil fédéral veut aller plus loin. Il propose entre autres d'agir pour réduire encore l'utilisation abusive d'armes et pour sensibiliser les spécialistes de la santé à la violence domestique. Certaines de ces nouvelles mesures seront reprises et concrétisées dans le cadre du plan d'action national pour la mise en œuvre de la Convention d'Istanbul.

L'Office fédéral de la statistique mène actuellement une enquête complémentaire sur les circonstances, les motifs et les causes de tous les homicides et tentatives d'homicide. La publication des résultats est prévue pour 2025.

Selon le rapport publié vendredi, les féminicides sont causés principalement par une séparation passée ou en cours ou lorsqu'un des partenaires dit vouloir mettre fin à une relation. Des antécédents de violence domestique, une forte tendance à vouloir contrôler l'autre, une jalousie excessive ou des actes de harcèlement représentent aussi des facteurs de risque importants.

Armes, alcool et drogue

De même la possession d'armes, la consommation d'alcool et de drogues ou des difficultés financières peuvent être des facteurs déclencheurs. 43% des individus auteurs d'homicide sont déjà connus des services de police pour des actes de violence domestique ; un tiers d'entre eux ont déjà été condamnés.

Neuf homicides sur dix sont commis par des hommes. Quant à la nationalité, 44% des auteurs ou auteures et 37% des victimes sont de nationalité étrangère. Enfin, dans un quart des cas, l'individu auteur de l'homicide se suicide après son acte, ce que l'on appelle un "homicide-suicide".

134 femmes tuées en dix ans

Selon la statistique policière de la criminalité, la Suisse a enregistré 479 homicides entre 2011 et 2020. 255 victimes (53%) entretenaient une relation familiale ou de couple avec la personne inculpée. Parmi les 147 personnes tuées dans le cadre d'une relation de couple en cours ou passée, 134 (91%) étaient des femmes.

Pour la même période, l'arme à feu (31%) était l'arme la plus utilisée pour commettre des homicides, suivie des armes blanches (27%) et des violences physiques (22%).

ATS
Les articles les plus lus