Le Conseil d'Etat valaisan veut une loi climatique cantonale

Chamoson, la Losentze en août 2019 ©Keystone-ATS
Climat
Fabrice Germanier
Directeur de la rédaction

Particulièrement touché par le réchauffement climatique, le Valais pourrait se doter rapidement d'une loi sur le climat. A la manœuvre, le conseiller d'Etat Roberto Schmidt veut aller vite.

Le Valais va probablement se doter d'une loi sur le climat. Il emboîte ainsi le pas de Fribourg, premier canton à avoir mis en consultation un avant-projet. Cette volonté figure dans le programme gouvernemental dévoilé en février. Le conseiller d'Etat Roberto Schmidt, qui porte le dossier, l'a rappelé la semaine dernière devant le Parlement.

Le chef du département des finances et de l'énergie estime que les cantons ont un rôle important à jouer en matière climatique. Il souligne que le Valais est particulièrement touché par le réchauffement, lui qui dépense "6 à 7 fois" plus d'argent que les autres cantons pour faire face aux dangers naturels.

Plutôt que devoir modifier de nombreuses lois pour agir, Roberto Schmidt juge pertinent de doter le Valais d'une loi-cadre dans laquelle figureront tout de même des objectifs chiffrés à long terme. La démarche aura aussi le mérite, selon lui, de provoquer un débat politique.

Roberto Schmidt

En suite de quoi, le Conseil d'Etat pourra élaborer et mettre en œuvre un Plan Climat cantonal. Cette stratégie comprendra deux volets avec un groupe de dispositions et projets destinés à atténuer les effets des changements climatiques et un second pour s'y adapter.

Le Parlement saisi d'ici la fin de l'année

Roberto Schmidt précise que ces mesures devront être financées avec l'argent actuellement disponible. Car, après l'échec de la loi sur le CO2, en juin de l'année dernière, repoussée par 51.6% des Suisses et 60.9% des Valaisans, "il est clair que la population n'est pas prête à admettre de nouvelles taxes".

Roberto Schmidt veut aller vite. Il espère que le Conseil d'Etat l'autorise à lancer une consultation en avril de manière à obtenir tous les retours d'ici l'été. En principe, un message devrait être transmis au Grand Conseil avant la fin de l'année.

Le financement des dangers naturels en Valais

Pour la période 2020-2032, sauf événement extraordinaire, le Valais devrait dépenser 2.1 milliards de francs pour se prémunir contre les dangers naturels, soit 471 francs par an et par habitant alors que la moyenne suisse oscille entre 60 et 70 francs par an et par habitant. Le Valais figure donc dans la catégorie des cantons devant assumer des "charges considérables", selon la terminologie de l'Office fédéral de l'environnement.
En fonction de l'importance de l'investissement à consentir, cela peut lui valoir jusqu'à 20% de subventions fédérales supplémentaires, portant la contribution de la Confédération au plafond de 65% des coûts.
Ce montant de 471 francs par an et par habitant recouvre la totalité des dépenses publiques : Confédération, canton et communes. Il permet de financer des travaux de prévention et d'entretien dans le cadre de la gestion des risques liés :

- Au Rhône (y compris la correction du Rhône)
- Aux cours d'eaux latéraux
- Aux glaciers et avalanches
- A la géologie

L'entretien des forêts protectrices est inclus.
FG

Audios liés:

Célline Dessimoz, cheffe du groupe des Verts, doute des compétences des vignerons non-professionnels
Catégories
album_image
En ce moment
Lift Me UpRIHANNA