Le Conseil d'Etat valaisan dévoile son programme gouvernemental

Le Conseil d'Etat valaisan et le chancelier ©Pascal Gertschen
Politique
Fabrice Germanier
Directeur de la rédaction

Le Conseil d'Etat valaisan redéfinit ses priorités. Le développement durable en fait désormais pleinement partie. L'accent sera aussi porté sur la numérisation de l'administration et la cybersécurité.

Formellement présenté pour la première fois il y a quatre ans, le programme gouvernemental du Conseil d'Etat valaisan a été mis à jour. Dévoilé ce jeudi, il s'articule autour de 10 axes et 75 mesures et servira de fil rouge lors de l'élaboration des prochains budgets.

De nombreux projets ont été repris de la précédente mouture puisque leur concrétisation dépasse le cadre d'une seule législature. D'autres, désormais réalisés, ont disparu. La volonté de "positionner le canton du Valais sur la scène fédérale et intercantonale", par exemple, a été supprimée puisqu'un délégué aux affaires fédérales a été engagé dans l'intervalle.

Le développement durable prend du galon

En revanche, l'accélération de la mise en œuvre des principes du développement durable fait son apparition au rang des dix objectifs prioritaires. Cela se traduira notamment par l'élaboration d'une loi climat. Autre préoccupation majeure du gouvernement cantonal : la numérisation de l'administration et la cybersécurité, presque totalement absentes du document 2018.

Au-delà des intentions, ce programme gouvernemental contient aussi des mesures très précises. On citera, entre autres, la réalisation d'une étude sur la situation du logement des ménages avec faibles revenus et le lancement d'un projet-pilote de SAMU social. Le Conseil d'Etat entend aussi faire d'Unidistance une véritable université, accréditée, en 2027.

Mobilité : de grosses ambitions

Au chapitre mobilité, le gouvernement valaisan réitère son soutien au projet de tunnel multifonctionnel du Grimsel qui pourrait accueillir une voie ferroviaire unique et une ligne à très haute tension pour un investissement estimé à 600 millions de francs. La connexion de Monthey à la ligne CFF du Simplon est, quant à elle, mentionnée à l'horizon 2045. Mais avant cela figurent les démarches en vue de l'aménagement complet du Lötschberg ou encore la réhabilitation la ligne ferroviaire Sud-Léman.

FG
Les articles les plus lus