Le centre de tri postal de Vétroz ne suffirait plus après 2030. Sept nouvelles structures prévues

En 2021, au niveau des chiffres, c'est clair, en moyenne annuel, c'est 39'000 paquets, détaille Laurent Savary, Lors du dernier pic, qui a eu lieu mardi dernier, après le blackfriday et le cyber monday, Vétroz a trié 55'000 paquets.  ©Keystone-ATS
Centre de tri
Diana-Alice Ramsauer
Journaliste RP

A ce rythme-là, le centre de tri de la Poste de Vétroz ouvert il y a une année et demie ne pourrait absorber l’augmentation des colis que jusqu’à 2030. Déjà prévu au début du projet, quelque 1,5 milliard de francs seront investis dans le maillage national d'ici les 10 prochaines années.

Le centre de tri régional de Vétroz s’attend à nouveau à un record de colis durant cette fin d’année. Traditionnellement, les 14-15 décembre représentent les journées les plus chargées pour les centres de tri. La structure valaisanne inaugurée en automne 2020 ne fait pas exception. Pour cette fin d’année, elle a embauché une trentaine de temporaires et prévoit une charge de travail importante. Le phénomène est évidemment en augmentation depuis la pandémie, mais la hausse était déjà amorcée. «Cela fait maintenant une dizaine d'années que l'on voit une progression», explique Laurent Savary, responsable communication pour la Suisse romande.

16'000 paquets de plus qu'en moyenne

Chaque année, dès le mois de novembre et jusqu'en décembre, le travail s'intensifie significativement. «En 2021, au niveau des chiffres, c'est clair, en moyenne annuelle, c'est 39'000 paquets, détaille Laurent Savary. Lors du dernier pic, qui a eu lieu mardi dernier, après le blackfriday et le cyber monday, Vétroz a trié 55'000 paquets.»

Il faut rappeler que le tri et la livraison de colis n’est pas le monopole de la Poste, mais il s’agit tout de même du principal acteur et de loin. Quelque 75% des paquets sont traités par le géant jaune, 10% pour DPD, 10% pour DHL. Les 5% restant étant partagés par des boîtes spécialisées.

Des investissements pour tenir après 2030

Actuellement, avec une augmentation annuelle d’environ 5% des flux, le centre de Vétroz peut tenir la cadence jusqu’en 2025, maximum 2030. Un élément pris en compte par les responsables stratégiques, selon Laurent Savary.

« Lors de la planification, nous avions prévu que le centre valaisan puisse supporter une augmentation de 30% des colis. Nous y arriverons vraisemblablement d'ici une dizaine d'années, précise le chargé de communication. Mais le centre valaisan s'intègre dans un système. Il est relié aux autres structures nationales et régionales. La Poste planifie sept sites supplémentaires pour absorber la demande après cette date-là. Cela déchargera donc Vétroz. » Environ 1,5 milliards de francs d'investissement sont prévus.

dar
Thèmes liés à l'article
La PosteVétrozNoël
Catégories