Le célèbre chef suisse Anton Mosimann devient Doyen honoraire du César Ritz Colleges au Bouveret

Anton Mosimann dans le musée qui abrite sa collection privée, sur le campus du César Ritz Colleges au Bouveret. © Swiss Education Group
Art culinaire
Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

Les grands de ce monde ont tous goûté sa cuisine. Anton Mosimann a reçu ce mardi le titre de Doyen Honoraire par le Swiss Education Group. La cérémonie a eu lieu au coeur du musée dédié à la collection privée du célèbre chef suisse, sur le campus du César Ritz Colleges au Bouveret.

Anton Mosimann, le célèbre cuisinier suisse au noeud papillon, est désormais Doyen honoraire de la Culinary Arts Academy Switzerland. Une distinction remise par le Swiss Education Group, qui gère cinq parmi les meilleures écoles hôtelières au monde, dont le César Ritz Colleges.
Le chef suisse a reçu ce titre en guise de reconnaissance pour l'ensemble de son travail, mais surtout pour son engagement auprès des jeunes talents. La cérémonie a eu lieu au coeur du musée, où est exposée sa collection privée de 6'000 livres de cuisine, de nombreux objets insolites, et de près de 300 photographies de personnalités pour qui il a cuisiné.

Transmettre aux jeunes

Anton Mosimann a côtoyé tous les grands de ce monde. D’abord durant les 13 années passées au Dorchester Hotel à Londres, où il a eu deux étoiles Michelin. Puis dans son club privé, le Mosimann’s. Il cuisiné pour de nombreuses personnalités du monde politique et du show business, et tout particulièrement pour la famille royale d’Angleterre, dont il est proche. C'est d'ailleurs lui qui a officié pour le mariage du Prince William et de Catherine Middleton.
Il le reconnaît : il a eu une vie fantastique. Pourtant, rien ne le rend plus heureux que de transmettre son savoir et son enthousiasme aux jeunes. «J’ai toujours cru au partage. Vous apprenez quelque chose et ensuite vous le partagez avec les jeunes. Cela me procure un immense plaisir. Tout spécialement ici au César Ritz Colleges. Je fais beaucoup de démonstrations. Je parle aux jeunes, je les motive, les inspire. Ce n’est pas bon d’avoir beaucoup de savoir, comme je l’ai, et de le garder pour soi. Vous voulez le partager c’est un immense plaisir!»

«Si Mosimann peut le faire, je peux le faire: c'est ça que j'aime entendre.» Anton Mosimann

«Et vous savez ici quand les étudiants font le tour du musée (ndlr: The Mosimann Collection, Port-Valais), ils voient mes 120 diplômes, les 50 médailles d’or que j’ai gagnées, ils voient 260 photos noir blanc de personnalités pour lesquelles j’ai cuisiné : présidents des Etats-Unis, famille royales... Et quand ils reviennent ils disent : "Woaw ! Si Mosimann peut le faire, je peux le faire!" C’est cela que j’aime entendre.»

Fidèle à lui-même

Ces nombreuses distinctions, médailles d’or et autres titres honorifiques, auraient fait tourner la tête à plus d’un, mais pas Anton Mosimann. Il est resté humble. Il est resté lui-même. «J'ai toujours été comme ça. J'étais un enfant unique et j'ai dû travailler très très dur. J'ai vu beaucoup de belles choses, et d'autres moins belles, et oui... je n'ai jamais oublié d'où je venais. C'est un point important. Vous pouvez vous élever socialement et commencer à rêver... Mais j'ai gardé les pieds sur terre, pour ainsi dire. Et c'est pour cela que je vis et que j'apprécie la vie. Vous savez, nous avons une personne qui nettoie chaque jour notre rue à Londres. Je lui offre régulièrement un café et nous échangeons quelques mots. Eh bien! je suis comme ça, c'est moi.»

La retraite? Impossible!

Le Chef Anton Mosimann, 74 ans, a annoncé la semaine dernière qu’il lèverait le pied à la fin de l’année. Ce sont ces deux fils qui prendront les reines de son restaurant de Londres, The Mosimann's, et de son service traiteur, Mosimann’s Party Service.
Impossible pour autant de rester sans rien faire pour cet infatigable curieux, passionné de rallyes automobiles. «Je ne pourrais jamais prendre ma retraite. Ce serait impossible! Après 60 ans passés à cuisiner, en donnant du plaisir à tellement de monde, impossible pour moi de rester inactif. Il y a encore tant à faire, à apprendre, à partager, ce qui me réjouit.»

Les joyaux culinaires de la collection Mosimann
L’exposition The Mosimann Collection est installée depuis 2016 dans une aile du campus du César Ritz Colleges au Bouveret. La collection a été élaborée dans un but pédagogique et selon les vœux de son propriétaire. Passionné de recueils de recettes, Anton Mosimann a au cours de sa carrière rassemblé plus de 6'000 ouvrages de valeur, comme le plus grand livre de cuisine au monde écrit à la main en 1733, le livre de confitures de Nostradamus, ou encore une dizaine de précieux ouvrages d’Auguste Escoffier. La Mosimann Collection est accessible gratuitement aux étudiants et aux professionnels de la branche.

Né à Soleure, Anton Mosimann, le chef au noeud papillon, témoigne d’une brillante carrière. Il compte parmi ses hôtes des têtes couronnées, des hommes politiques, des hommes d’État et de nombreuses personnalités du show-business. Il a dirigé les brigades de cinq Premiers ministres anglais - de Margaret Thatcher à David Cameron - et de quatre générations de la Maison Royale d’Angleterre. En 2011, il s’est vu confier le dîner de mariage du Prince William et de Catherine Middleton. Il est également directeur du prestigieux club privé Mosimann’s à Londres.
NT

Podcasts liés:

Le célèbre cuisinier suisse Anton Mosimann a reçu une nouvelle distinction au Bouveret
Un célèbre cuisinier au nœud papillon, distingué hier au Bouveret
Catégories