Le canton du Valais renforce son dispositif vaccinal pour lutter contre Omicron

PLus de 68% des Valaisans sont au moins vaccinés partiellement ©KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER
Coronavirus
Sandrine Rovere
Rédactrice en cheffe adjointe

Après une période de Fêtes jugée à haut risque, les autorités sanitaires respirent un peu mieux. Elles renforcent leur dispositif afin de permettre à davantage de Valaisans de se faire vacciner, pour lutter contre Omicron.

Après les Fêtes, le canton du Valais montre les muscles contre Omicron. Le nouveau variant est désormais majoritaire dans le canton. Il représente près de 60% des nouvelles infections. Or, il est très contagieux. Le Valais veut donc prévenir un véritable raz-de-marée contre son système de santé.

Depuis ce lundi, le dispositif de vaccination est renforcé. Cela passe par davantage d’offres dans les centres existants de Sion, Brigue, Collombey et Rennaz. Les centres temporaires de Sierre et Martigny sont prolongés. Et un nouveau site est même inauguré dans le Haut-Valais. « La vaccination protège contre les formes graves de la maladie et réduit ainsi le risque d’hospitalisation », rappelle l’Etat du Valais dans un communiqué.

Urgences et soins intensifs ont tenu le coup

Si la période des Fêtes faisait l’objet de grandes inquiétudes pour les autorités sanitaires, celles-ci sont parvenues à limiter les dégâts entre Noël et Nouvel An.

« On n’est pas dans une situation pire qu’il y a trois ou quatre semaines »Mathias Reynard, chef du département de la santé

« C’est ça qui nous guide, c’est vraiment le fait d’avoir un hôpital qui peut tenir le coup, d’avoir des soins intensifs qui peuvent tenir le coup. Et pour le moment, c’est le cas », explique-t-il.

68,6% de vaccinés en Valais, selon l'OFSP

Pour le ministre, le grand nombre de vaccinés en Valais a donc joué un rôle positif entre Noël et Nouvel An. Selon des chiffres publiés ce lundi par l’OFSP, plus de 64% de la population valaisanne a reçu deux doses de vaccin et 22% le booster. Un millier de personnes procède par ailleurs toutes les semaines à une première immunisation contre le coronavirus, selon Mathias Reynard.

Si le canton renforce son dispositif, c’est aussi pour répondre à la demande de la population, affirme le Saviésan. « Depuis qu’on a lancé le booster, on a une forte augmentation des demandes, évidemment pour cette troisième dose (…). On essaie de faire en sorte que les gens n’aient pas à attendre trop longtemps», note Mathias Reynard.

Un appui de l'armée jugé crucial

On le rappelle, le canton du Valais était parmi les premiers de Suisse à faire appel à l’armée pour, notamment, procéder aux injections. Une décision que l’Etat ne regrette pas aujourd’hui.

« On a une parfaite collaboration qui a été mise en place entre l’Etat du Valais et l’armée »Mathias Reynard, chef du département de la santé

Thèmes liés à l'article
CoronavirusVaccinationOMICRON
Catégories
Les articles les plus lus