Le budget 2022 de l'Etat du Valais sous la loupe des députés

GRAND CONSEIL
Parlement
Didier Morard
Journaliste

Journée financière pour les députés valaisans. Le Grand Conseil a accepté ce mardi à l'unanimité l'entrée en matière sur le budget 2022. Les groupes politiques ont toutefois promis d'amender la version du Conseil d'Etat.

Le Grand Conseil valaisan se penchait ce mardi sur le budget 2022 du canton. Les députés ont accepté à l'unanimité l'entrée en matière. Ils ont toutefois promis de déposer des amendements sur le projet du Conseil d'Etat, qui prévoit des dépenses à hauteur de 4 milliards de francs et un excédent de revenus de 13,5 millions. Parmi les critiques à l'encontre de l'Exécutif : la hausse des subventions à des tiers et l'expansion des charges en personnel. "En cinq ans, le Conseil d'Etat, appuyé par le Grand Conseil, a créé 300 nouveau postes non-autofinancés", a dénoncé Grégory Logean, chef du groupe UDC du Valais romand. En conséquence, plusieurs députés demandent la mise en place "d'efficience +". Ce projet permet de faire l'inventaire des ressources au sein de l'administration cantonale. Autres propositions des députés : davantage d'argent pour les forêts protectrices et pour la biodiversité. Le PDC du Valais romand déposera également un amendement pour améliorer la cybersécurité. "Le canton doit soutenir les communes afin d'améliorer la sécurité pour tous," indique Nathan Bender, sous-chef du groupe PDCVr.

Le fonds FIGI, sur fond de critiques

Les députés ont tous salué les investissements importants de l'Etat, qui se montent à 643 millions de francs, dont près de 100 millions en provenance du fonds FIGI – le Fonds de financement de l'investissement et de la gestion des immeubles de l'Etat. "L'Etat ne doit pas déployer un budget austère en temps de crise", estime Sonia Tauss-Cornut, cheffe du groupe PLR/FDP. Parmi les réalisations pour l'an prochain : le nouveau collège de Sion, la Castalie à Monthey, la centrale d'engagement à Sierre, le pénitencier de Crêtelongue et l'extension de la prison "Les Iles". Seul bémol : la gestion de ce fonds FIGI. Plusieurs députés demandent une meilleure priorisation des investissements et des solutions quant à l'alimentation de ce fonds. Autre critique, celle-ci plus géographique. Certains élus haut-valaisans ont déploré le manque d'investissements dans le Bas et le Haut-Valais.

Marge de manœuvre limitée

La marge de manœuvre pour faire bouger les lignes d'un budget cantonal reste toutefois limitée. Les députés ont seulement 13,5 millions de francs – l'équivalent à l'excédent de revenus – pour amender le budget. "Nous disposons de seulement 0,33% de marge de manœuvre sur les quatre milliards de budget", déplore Céline Dessimoz, cheffe du groupe des Verts. Son vis-à-vis de l'UDC, Grégory Logean estime lui que les députés ont leur mot à dire : "La marge de manœuvre existe mais depuis quelques années, ce parlement s'autoflagelle en refusant souvent des amendements si ces derniers n'ont pas de compensation financière."

La lecture de détail du budget 2022 aura lieu lors de la session de décembre du Parlement cantonal.

DM
Les articles les plus lus