Le badge électronique sera-t-il la solution contre le travail au noir en Valais ?

Image d'illustration ©keystone-ATS
Economie
Thomas Schurch
Journaliste RP

Le badge électronique pourrait faire prochainement son apparition en Valais. Il fait l'unanimité dans les milieux concernés : pouvoirs publics, patrons et même syndicats, tous étaient réunis ce vendredi matin à Sion pour en défendre le principe.

Comment lutter efficacement contre le travail au noir ? Le Valais a peut-être trouvé la solution. Le canton veut instaurer le "badge électronique". Chaque travailleur disposerait d'une carte avec une puce. Le principe est simple : les inspecteurs du travail, lors d'un contrôle sur un chantier, scannent la carte de l'ouvrier avec un téléphone. La réponse tombe instantanément : l'employé est soit en règle, soit dans l'illégalité.

"On a réussi à réunir les patrons et les syndicats, ça me tenait à coeur !" Mathias Reynard, conseiller d'Etat valaisan

Et dans cette histoire, tout le monde semble d'accord. Les pouvoirs publics, les patrons, et même les syndicats. D'ailleurs ce vendredi, ils étaient tous réunis à Sion pour vanter les mérites de ce fameux "E-Badge". Tous réunis pour la même cause, c'est plutôt rare. Mathias Reynard, conseiller d'Etat en charges des affaires sociales, ne dira pas le contraire.

"C'est projet vraiment énorme, le projet d'une législature !"

"Il s'agira de foutre la paix aux entrepreneurs en ordre, car ils seront identifier très rapidement" Alain Métrailler, président de constructionvalais

Pour le patronat, l'instauration d'un badge électronique serait une bonne solution. Alain Métrailler est le président de Constructionvalais, écoutez-le :

"Avec ce système, on espère identifier rapidement les entreprises qui trichent"

"C'est une simplification pour les bonnes entreprises, et une complication pour les moutons noirs" Alain Métrailler, président de constructionvalais

Patronat d'accord, syndicat aussi ! Blaise Carron, le secrétaire général d'Unia, milite pour le badge électronique sur les chantiers. Il s'explique.

"Si vous avez le badge, c'est la preuve que votre entreprise respecte la loi"

"Avec le badge, vous êtes sûr que tout est en ordre. C'est une garantie, une plus-value pour le salarié !" Blaise Carron, Syndicat Unia

Tout le monde est d'accord, reste l'instauration du badge électronique. L'année 2022 sera charnière nous dit-on à l'Etat du Valais. Il s'agira de chiffrer le financement, il faudra également parler du terrain : dans quel corps de métier le badge sera-t-il instaurer ? On pencherait plutôt pour le monde de la construction, celui des chantiers.

Un projet énorme, un projet de législature

Bref, "ce projet est énorme, c'est un projet de législature", insiste Mathias Reynard. "Difficile de dire quand tout cela sera mis en place, le plus rapidement possible j'ai envie de vous dire", répond le ministre valaisan. "Dès que l'on aura répondu à toutes les questions techniques, on le fera. Ces problématiques n'ont pas encore été tranchées dans les autres cantons, c'est une première en Suisse, alors évidemment cela prendra un peu de temps."

TS