Lausanne officiellement relégué, Servette ridiculisé

Pas de miracle pour Zeki Amdouni et le Lausanne-Sport: la Challenge League est au bout de la route. ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Football
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Lausanne-Sport officiellement relégué et le Servette FC qui coule à Lucerne. Le deuxième dimanche de mai fut bien funeste pour les clubs lémaniques.

A la Tuilière, Lausanne a toutefois eu le mérite d'offrir la réplique espérée à un FC Bâle au visage bien terne le jour où Fabian Frei entrait dans l'histoire avec un... 453e match sous les couleurs rhénanes. Mais le point du 0-0 obtenu devant les Rhénans ne suffit pas pour éviter le couperet. La relégation du Lausanne-Sport, qui accuse désormais 12 points de retard sur le FC Lucerne alors qu'il ne reste que neuf en jeu, est,ainsi, acquise. Elle "couronne" en quelque sorte le week-end maudit vécu par son actionnaire Ineos dont le club majeur, Nice, a livré une finale de Coupe de France bien médiocre samedi contre Nantes avec une défaite 1-0 à la clé.

Victorieux 4-0 du Servette FC, Lucerne espère toujours éviter le barrage. La formation de Mario Frick est revenue à 3 points des Grashoppers à la faveur de son succès. Elle pourra même ne plus accuser mercredi qu'une petite longueur de retard sur le FC Sion si elle s'impose en Valais. Malheureusement pour elle, elle ne trouvera pas sur sa route à Tourbillon un adversaire aussi complaisant que le Servette FC.

A la swissporarena, les Genevois ont concédé une quatrième défaite de rang. Trahie à la fois par un état d'esprit défaillant à l'image d'un Kastriot Imeri qui a écopé de deux avertissements en l'espace d'une minute et par les errements de Moussa Diallo dans son marquage, la formation d'Alain Geiger a fait peine à voir. Elle semble sans vie.

Les raisons de ce gâchis sont multiples. A commencer sans doute par le renvoi du capitaine Anthony Sauthier en janvier. Il était non seulement l'un des patrons du vestiaire mais aussi un latéral droit qui sait défendre contrairement à son successeur. Comment le président Pascal Besnard et le directeur sportif Philippe Senderos ont-ils pu arrêter une telle décision ?

ATS
Catégories
Les articles les plus lus