L'attractivité du bois valaisan reprend des couleurs mais le canton aura de la peine à y répondre

En Valais, plus de 50 mille m3 de bois coupé, abandonné sur place ©rfm
Forêts
Christian Hermann
Rédacteur en chef adjoint

Les incendies de forêts sur plusieurs continents, le covid et la guerre en Ukraine, ont plombé la production de bois à l’étranger et malmené les garanties d'approvisionnement pour la Suisse. Forêt Valais, faîtière des propriétaires de forêts du canton, y voit une véritable opportunité.

La déstabilisation géopolitique actuelle en pleine sortie de pandémie pourrait bien redorer le blason de la "filière bois" du Valais.
C’est en tout cas l’hypothèse qui prévaut au sein de "Forêt Valais". La faîtière défend les intérêts de quelque 20 mille propriétaires des forêts valaisannes, en mains pour une très large majorité (85%) des bourgeoisies.

La filière incite depuis des années à un regain d’intérêt pour le bois local mais largement en perte de vitesse, tout le registre de la production et des transformations à haute plus-value a plongé, voire disparu.

C’est dire qu’avec un accès plus difficile pour importer la marchandise de l’étranger, le bois local reprend des couleurs, même si l’on constate qu’à l’heure actuelle, son potentiel est largement sous-exploité, relève Christina Giesch, directrice de Forêt Valais.

Une fenêtre de dynamisme qui pourrait corriger le tir, explique Christina Giesch.

Le potentiel est donc là. Les sollicitations ne demandent donc qu’à se renforcer. Sauf que le canton n’est pas franchement prêt à y répondre.

En quelques années, la filière a perdu de nombreux partenaires dans plusieurs compartiments d’activités. Pour exemple : de plusieurs dizaines de scieries jusque dans les années 90’, on est passé aujourd’hui à 6 ou 8 pour tout le Valais, déplore Christina Giesch.

Résultat : sur l’ensemble des arbres coupés l’an dernier, plus de 50 mille m3 sont restés à pourrir dans nos bois.
En clair, le Valais sous-utilise totalement son potentiel forestier. Mais le tir est difficile à corriger. , défis il faudra savoir très exactement ce que la filière bois.

C’est un vaste chantier particulièrement écologique dans lequel il faut investir, souligne Christina Giesch.

Le Valais compte 20 mille propriétaires de forêts mais 85% des surfaces appartiennent aux bourgeoises. Question surfaces, 87% des surfaces forestières sont considérées comme forêts protectrices.

CH
Catégories
Les articles les plus lus