Lancement d'une charte valaisanne contre le harcèlement en milieu festif

Le Valais se dote d'une charte contre le harcèlement en milieu festif.  ©Keystone-ats
Prévention
Didier Morard
Journaliste

Gestes déplacés, commentaires non-sollicités ou regards insistants dans les lieux festifs : l'Association valaisanne contre le harcèlement a lancé ce mardi une charte – un outil de sensibilisation contre le harcèlement.

Le harcèlement sévit souvent dans les lieux de fête. Le Collectif Femmes Valais, Promotion Santé Valais et l'Association valaisanne contre le harcèlement (AVAH) ont recueilli de nombreux témoignage en ce sens. Fort de ce constat, ces organismes ont présenté ce mardi à Sion une charte. Cet outil a pour vocation de sensibiliser les patrons et le personnel des établissements de nuit aux questions de harcèlement. "La victime pourra s'adresser à un membre du personnel. Elle sera ensuite emmenée dans un lieu plus calme et plus sûr. Le responsable de la charte AVAH sur place pourra demander à la victime ses besoins, ça peut être de se rendre à l'hôpital en cas de violence ou simplement d'être ramenée chez elle", indique Valentine Loye, président de l'Association valaisanne contre le harcèlement.

" Si certains bars ne respectent pas la charte, on va se permettre de leur retirer la charte."Valentine Loye, président de l'Association valaisanne contre le harcèlement

Les membres signataires de la charte s'engagent à assurer un climat sain, bienveillant et respectueux dans leur établissement. Certes la charte n'est pas contraignante mais elle se veut être un contrat de confiance entre l'association et les lieux festifs. " Si certains bars ne respectent pas la charte, on va se permettre de leur retirer la charte. On pense que le sujet est suffisamment pris au sérieux pour que les établissements appliquent la charte", précise Valentine Loye.

Le Carnaval de Monthey : précurseur

Premier événement pour la charte AVAH : le Carnaval 2022 de Monthey. La fête chablaisienne affichera la missive lors de ses soirées et sensibilisera son personnel à la problématique du harcèlement. " Cette collaboration nous permettra de travailler en synergie et comprendre quels sont les besoins d'un événement de grande envergure", précise Valentine Loye. Actuellement, seul le Port-Franc à Sion a déjà signé la charte. " Tout établissement festif a déjà subi ce genre de harcèlement. C'est le point de départ de la création de la charte AVAH", explique Stéphane Torrent, administrateur du Port-Franc.

Les établissements festifs face au harcèlement

Si le Port-Franc est actuellement le seul établissement à avoir signé la charte, d'autres devraient lui emboîter le pas. " La charte est accueillie positivement. On sent que le milieu festif est demandeur de ce type de projet", se réjouit Valentine Loye.

Les établissements festifs intéressés à signer la charte AVAH doivent contacter l'Association valaisanne contre le harcèlement à l'adresse info@avah-vs.ch.

DM/DR