L'Allemagne apporte son soutien à la Suisse sur Horizon Europe

Lors de sa visite en Allemagne, Guy Parmelin a reçu un certain soutien de son homologue concernant Horizon Europe (archives). ©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
Suisse-Allema..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'Allemagne a fait part de son incompréhension concernant la mise à l'écart de la Suisse du programme Horizon Europe, selon les dires du Département fédéral de l'économie et de la formation (DEFR). Cette décision affaiblit toute la recherche européenne, selon Berlin.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin s'est rendu vendredi dans la capitale allemande. Il a expliqué la position de la Suisse à son homologue Bettina Stark-Watzinger qui a dit comprendre le point de vue suisse, a indiqué le porte-parole du DEFR, Urs Wiedmer, à l'agence Keystone-ATS.

Selon la nouvelle ministre allemande, le lien entre l'accord scientifique et l'accord de marché est incompréhensible. Les deux choses n'ont rien à voir ensemble. Si la Suisse et la Grande-Bretagne ne sont pas associées à Horizon Europe, la place scientifique européenne sera massivement affaiblie, selon ses propos rapportés par M. Wiedmer.

L'Allemagne tout comme la Finlande où se trouvait le conseiller fédéral jeudi s'engageront en faveur de la Suisse à Bruxelles. L'Autriche a aussi montré des signes encourageants en ce sens.

Le secteur industriel allemand s'est aussi montré déçu face à la situation réservée à la Suisse. La non-association de la Suisse a aussi des répercussions dans le domaine économique comme les start-up.

"Nous serions prêts à négocier", a déclaré M. Wiedmer. Le Conseil fédéral a pour objectif une pleine association à l'accord de recherche Horizon Europe. Mais des solutions alternatives sont aussi recherchées. La Suisse et la Grande-Bretagne se sont ainsi mises d'accord pour conclure un mémorandum d'entente durant le premier semestre de cette année.

ATS
Les articles les plus lus