L'adhésion de l'Ukraine à l'UE est "une priorité", dit Zelensky

Le président du Conseil européen Charles Michel est allé à la rencontre de la population de Borodyanka près de Kiev avant de retrouver le président ukrainien. ©Keystone/EPA EUROPEAN COUNCIL/DARIO PIGNATELLI HANDOUT
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'adhésion de l'Ukraine à l'UE est "une priorité", a déclaré mercredi le président Volodymyr Zelensky à l'issue d'une rencontre à Kiev avec le président du Conseil européen, Charles Michel. Ce dernier a assuré que l'UE ferait "tout" pour que Kiev "gagne la guerre".

"C'est une priorité pour notre Etat, pour la puissance de notre peuple", a affirmé M. Zelensky face à la presse, après une réunion avec M. Michel.

De son côté, le président du Conseil européen Charles Michel a assuré que l'UE ferait "tout son possible" pour que l'Ukraine "gagne la guerre" contre la Russie, qui a envahi le pays le 24 février. "Vous n'êtes pas seuls, nous sommes avec vous et nous ferons tout notre possible pour vous soutenir et pour faire en sorte que l'Ukraine gagne la guerre", a-t-il déclaré.

M. Michel, en visite à Kiev, s'est dit "extrêmement impressionné" par le "commandement personnel" de M. Zelensky depuis le début de l'invasion le 24 février, qui montre "le courage de la population ukrainienne" face aux forces russes.

"Sanctions douloureuses"

Le président russe Vladimir Poutine "ne réussira ni à détruire la souveraineté de l'Ukraine, ni à diviser l'Union européenne", a-t-il lancé, saluant la capacité des Vingt-Sept à "prendre des décisions tous ensemble, à l'unanimité" sur plusieurs vagues de sévères sanctions adoptées contre la Russie.

"L'objectif principal est de faire en sorte que les sanctions soient douloureuses pour le régime" de M. Poutine, a poursuivi M. Michel, promettant de cibler prochainement les exportations russes de pétrole et de gaz, comme le réclame M. Zelensky.

"Crimes de guerre"

"Nous travaillons très dur, pour pouvoir prendre les décisions qui s'imposent (...) afin d'atteindre cet objectif commun", a indiqué M. Michel, alors que l'UE reste dépendante des approvisionnements russes. Il a pour autant estimé qu'il serait "extrêmement difficile" de "changer le comportement du Kremlin".

"Nous avons deux outils: le soutien à l'Ukraine et les sanctions. Ce sont les outils que nous devons utiliser pour être sûrs que l'Ukraine gagnera la guerre", a-t-il encore dit. Plus tôt mercredi, M. Michel s'était rendu à Borodianka près de Kiev, théâtre de "massacres" de civils par les troupes russes selon les autorités ukrainiennes. Il y a dénoncé des "crimes de guerre" de Moscou.

ATS