La Suisse et le Saint-Siège veulent mieux collaborer pour la paix

Le pape François, Ignazio Cassis et l'ambassadeur suisse Denis Knobel (centre) ont assisté à la prestation de serment de 36 nouveaux gardes suisses, cérémonie qui a lieu traditionnellement le 6 mai. ©KEYSTONE/SWISS FEDERAL DEPARTMENT OF FOREIGN AFFAIRS/PASCAL LAUENER
Diplomatie
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Ignazio Cassis et le pape François se sont entretenus vendredi au sujet des relations bilatérales entre la Suisse et le Vatican, qu'ils ont qualifiées de réjouissantes. Ils ont aussi évoqué la guerre en Ukraine et ses répercussions en Europe.

Avec l'archevêque Paul Richard Gallagher, qui participait également aux discussions, les deux hommes se sont attardés sur la situation des réfugiés ukrainiens et des personnes déplacées nécessitant un soutien humanitaire, d'après un communiqué du Vatican. Les deux parties ont prêché l'intensification des contacts pour renforcer la collaboration dans la promotion de la justice et de la paix.

Le meilleur exemple de cette volonté d'échange: le transfert à Rome de l'ambassade de Suisse auprès du Saint-Siège. Le président de la Confédération inaugurait plus tôt vendredi cette nouvelle ambassade, coupant en compagnie de l'archevêque Gallagher le ruban rouge symbolique.

La Suisse et le Vatican sont liés par une alliance durable, entre tradition et défis futurs, soulignait alors Ignazio Cassis sur Twitter. La nouvelle ambassade s'occupera aussi des relations de la Suisse avec Malte et Saint-Marin. Elle devrait être opérationnelle dans les prochains mois. Actuellement, c'est l'ambassadeur de Suisse en Slovénie qui représente les intérêts de la Suisse au Vatican.

Caserne des gardes

Outre la guerre en Ukraine, l'architecture européenne de sécurité a été évoquée dans les discussions entre le Tessinois et le pape François, a informé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Le président de la Confédération a en outre réitéré la volonté de la Suisse de soutenir financièrement la rénovation de la caserne de la Garde suisse pontificale au Vatican.

Un protocole pour la rénovation de la caserne a été signé mercredi mais les travaux ne devraient pas commencer avant au moins 2025. Les nouveaux bâtiments prévoient des chambres individuelles et pourraient permettre à terme d'intégrer des femmes gardes, une décision pour laquelle l'accord du pape serait nécessaire.

Prestation de serment

En marge de cette rencontre, le pape François et Ignazio Cassis ont assisté à la prestation de serment de 36 nouveaux gardes suisses. La cérémonie a lieu traditionnellement le 6 mai, en souvenir des 147 soldats tombés lors du Sac de Rome en 1527. La présidente du Conseil national Irène Kälin et le président du Conseil des Etats Thomas Hefti faisaient partie de la délégation suisse.

Les 36 recrues prêtent le serment solennel en allemand (22), français (12) ou italien (2), selon leur origine. Aucun d'entre eux ne parle romanche cette année. Les gardes portent le "Gran Gala", l'uniforme comprenant une armure, qui est porté pour la bénédiction papale "Urbi et Orbi" à Noël et à Pâques.

A cette occasion, le pape François a exhorté les nouvelles recrues à vivre leur service comme un témoignage chrétien et communautaire. Il a aussi eu une pensée pour le garde suisse de 25 ans tué par accident dimanche soir lors d'une fête d'anniversaire à Trun (GR), selon le portail catholique suisse cath.ch. Un tireur sportif montrait ses armes à ses invités lorsqu'un coup de feu est parti, atteignant mortellement le malheureux.

ATS
Catégories