La Suisse élargit les sanctions contre la Russie

Le Conseil fédéral a interdit vendredi toute exportation de biens à double usage vers la Russie, indépendamment de l’utilisation finale prévue ou de l’utilisateur final (archives). ©KEYSTONE/URS FLUEELER
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Suisse élargit les sanctions contre la Russie dès vendredi 18h00. Les exportations de biens à double usage ou pouvant contribuer au renforcement militaire et technologique de la Russie sont interdites. La Russie est exclue de Swift.

La Suisse reprend intégralement les sanctions édictées par l'Union européenne. Tout en respectant sa neutralité et les activités humanitaires, précise vendredi le Conseil fédéral.

Banques exclues de Swift

Suivant l'UE, la Suisse a exclu la Russie du réseau international de communication Swift. L'exclusion vise sept banques. Les réserves de la banque centrale ne sont pas gelées, mais les transactions sont interdites. "La mesure est extrêmement forte", estime le ministre de l'économie Guy Parmelin. La première banque russe ne pourra plus transférer ses réserves ou actifs en Suisse.

Tout financement public, aide financière ou investissement en Russie sont proscrits. Des exceptions sont prévues, notamment dans l'humanitaire. Les mesures prises dans le domaine financier sont équivalentes à celles de l'UE, a précisé M. Parmelin. Elles concernent les monnaies traditionnelles, les cryptomonnaies et les monnaies virtuelles, a ajouté le Vaudois.

L'interdiction touche aussi certains biens et services liés au secteur pétrolier, ainsi que certains biens et technologies susceptibles d'être utilisés dans l'industrie aéronautique et spatiale. Les assurances, les travaux de réparation, les inspections, les services de courtage ou les aides financières liés à ces biens sont également prohibés.

Avoirs gelés

Par ailleurs, les avoirs d'autres personnes ayant des liens étroits avec le président Vladimir Poutine seront gelés. Outre son porte-parole Dmitri Peskov, figurent dans cette liste de 26 noms nombre de proches de Vladimir Poutine: des hommes d'affaires, hauts gradés de l'armée ainsi qu'une demi-douzaine de journalistes. Ces personnalités sont frappées d'une interdiction d'entrer en Suisse ou de traverser le pays, a indiqué M. Parmelin.

Vladimir Poutine, son Premier ministre Mikhail Michoustine et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov y avaient déjà été inscrits lundi. Au total, 677 personnes, dont des membres de la Douma, et 50 entreprises sont touchées par ces sanctions.

ATS
Les articles les plus lus