La quantité de nourriture régule la surface de l'intestin

Image par défaut ATS ©RFM
Médecine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Une nourriture plus abondante augmente la surface de l’intestin et sa capacité d’absorption. A l'inverse, la restriction alimentaire peut le ramener à un niveau proche de la normale, selon une étude genevoise qui livre des pistes dans la lutte contre l’obésité.

Des centaines de millions d’adultes et d’enfants dans le monde sont cliniquement obèses, un trouble étroitement associé aux causes majeures de décès, comme les maladies cardiaques ou les accidents vasculaires, a indiqué jeudi l'Université de Genève (UNIGE) dans un communiqué. L’obésité résulte principalement d’un déséquilibre entre la dépense énergétique et l’absorption de calories.

Dans l’intestin, en effet, les aliments préalablement décomposés sont absorbés avant de passer dans la circulation sanguine pour être distribués dans tout le corps. Pour absorber suffisamment de calories, la paroi intestinale est recouverte de millions de circonvolutions appelées villosités et microvillosités qui, mises bout à bout, couvriraient la surface d’un terrain de football.

Un effet impressionnant et rapide

"Il y a quelques années, nous avions découvert que l’intestin pouvait s’allonger ou se raccourcir en fonction des facteurs environnementaux et des besoins physiologiques", se souvient Mirko Trajkovski, professeur au Département de physiologie cellulaire et métabolisme de l’UNIGE et principal auteur de ces travaux.

"Nous avons donc voulu comprendre comment se déclenchait cette remarquable plasticité intestinale", ajoute le spécialiste, cité dans le communiqué.

En utilisant différents modèles de souris et des biopsies intestinales humaines - des structures artificielles en 3D -, l’équipe de recherche a constaté que la quantité de nourriture consommée constituait de fait le principal régulateur de la longueur de l’intestin.

"Nous avons observé une réponse relativement rapide et physiologiquement impressionnante en cas d’augmentation de la quantité de nourriture ingérée: l’intestin s’allongeait alors de plus de 30%, avec une croissance notable de la taille des villosités et des microvillosités", indique Mirko Trajkovski.

Cela permettait à l’intestin de développer une plus grande capacité d’absorption des calories. Fait intéressant, ces changements s’avèrent réversibles: lorsque la quantité de nourriture diminue, la longueur et la morphologie de l’intestin redeviennent proches de la normale.

Contrôlé par une protéine

L’expansion de l’intestin est un mécanisme très énergivore: les scientifiques de l’UNIGE ont ainsi constaté que l’augmentation de la surface d’absorption intestinale mobilise dans cet organe différentes voies métaboliques, soit les étapes par lesquelles les cellules transforment les aliments en énergie.

Si plusieurs voies qui contribuaient au processus d’expansion intestinale ont été identifiées, l’une d’entre elles, la voie PPARα, s’est avérée absolument indispensable. En effet, la protéine PPARα semble contrôler à la fois l’augmentation de la longueur des villosités et la capacité d’absorption calorique.

Elle élève le niveau d’une autre protéine, nommée PLIN2, qui, en promouvant la formation de gouttelettes de lipide dans les cellules intestinales, favorise l’absorption des graisses. En inactivant PPARα dans l’intestin des souris, les scientifiques ont pu confirmer ce mécanisme.

"La délétion de PPARα dans l’intestin, ou son inhibition pharmacologique, entraîne une nette réduction de la capacité d’absorption de l’intestin, et a permis d’inverser l’accumulation de graisse et l’obésité causées par une alimentation très calorique", note Mirko Trajkovski.

Alternative au by-pass

Cette plasticité insoupçonnée de l’intestin, qui lui permet de rétrécir ou d’agrandir sa surface et ses villosités, pourrait constituer une alternative intéressante au by-pass gastrique ou à d’autres interventions irréversibles qui visent à réduire la prise de poids et les complications liées à l’obésité.

PPARα joue cependant un rôle-clé dans beaucoup de fonctions métaboliques, et est exprimée dans de nombreux tissus. Avant que ces découvertes puissent être proposées aux patients, il faudra donc trouver le moyen d’inhiber cette protéine dans l’intestin uniquement sans toucher aux autres organes, selon les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Nature Communications.

Plus de 10% de la population mondiale est obèse et 40% en surpoids. L’obésité constitue l’un des défis sanitaires les plus cruciaux, et les options thérapeutiques restent rares et peu efficaces.

ATS
Les articles les plus lus