La pandémie renforce les théories du complot antisémites

Image par défaut ATS ©RFM
Antisémitisme
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les théories du complot antisémites ont été relancées par la pandémie et ont entraîné une augmentation des incidents antisémites en 2021, affirme le rapport de cette année sur l'antisémitisme. Au total, 859 cas ont été signalés, avec une augmentation de 66% en ligne.

Selon le rapport de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et de la Fondation contre le racisme et l'antisémitisme (GRA), les théories du complot ont connu comme l'année précédente une grande diffusion, la situation incitant manifestement de nombreuses personnes à chercher un bouc émissaire, indique le rapport.

Hausse des incidents en ligne

Selon ce document, 53 incidents ont eu lieu dans le monde réel en Suisse (47 l'année précédente). Il s'agirait principalement de déclarations antisémites (49%), d'insultes (30%) et de graffitis (13%). Ainsi en février 2021 à la synagogue de Bienne (BE), une croix gammée et des slogans antisémites avaient été gravés sur la porte.

La part des incidents enregistrés en ligne a fortement augmenté, progressant de 66% par rapport à l'année précédente pour atteindre 806 incidents (2020: 485), selon les auteurs. La majeure partie proviendrait du service de messagerie Telegram (61%) et de Twitter (28,2%). 51% concerneraient des théories du complot antisémites, 37% un "antisémitisme général".

Des contenus antisémites seraient particulièrement répandus dans l'entourage des opposants aux mesures sanitaires, en particulier sur Telegram. Selon le rapport, 451 incidents antisémites y ont été enregistrés (135 l'année précédente).

Etoiles jaunes

Le rapport relève les comparaisons avec le régime national-socialiste et la Shoah par les opposants aux mesures sanitaires, l'exemple le plus connu étant l'exhibition d'étoiles jaunes lors de manifestations.

Selon le communiqué, ces comparaisons ne sont certes pas antisémites en soi, mais leur accumulation conduit à une atténuation et une certaine minimisation de l'Holocauste.

Au total, six condamnations de personnes d'extrême droite et antisémites ont été prononcées suite à des plaintes pénales déposées par la FSCI ou la GRA.

Prévention et éducation

La situation exige des mesures pour empêcher que les attitudes antisémites ne se renforcent, ajoute le rapport. Celui-ci contient des recommandations et des exigences, notamment en termes de prévention et de formation.

La situation en Suisse romande fait l'objet d'un rapport spécifique, qui doit être diffusé mardi. La FSCI a aussi enregistré des incidents antisémites en provenance de Suisse italienne. Toutefois, seuls quelques événements isolés y seraient signalés.

ATS
Les articles les plus lus