La pandémie n’a pas alourdi la facture de l’aide sociale. Ni en Suisse, ni en Valais

Pas simple d'assurer avec un porte-monnaie vide ©dr
Aide sociale
Christian Hermann
Rédacteur en chef adjoint

Comme en 2019, le taux d’aide sociale en Suisse est resté à 3,2% de la population résidente en 2020. C’est ce qui ressort du rapport publié mardi par l’office fédéral de la statistique. Le Valais suit la même tendance. La pandémie n’a pas eu d’incidence sur l’aide sociale. Du moins pas financière.

272’100 personnes ont dû recourir l’an dernier à l’aide sociale économique l’an dernier. Ce nombre de bénéficiaires est resté stable par rapport à l’année précédente.
L’OFS l’explique notamment par l’étendue des mesures économiques qui ont permis de garantir l’essentiel des salaires (extension de la réduction de l’horaire de travail – avec une augmentation du nombre de salariés percevant des indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail de 5000 en février à 1,36 million en avril 2020 – et le versement de prestations de l’allocation pour perte de gain COVID-19 à environ 245 000 personnes en 2020). L’allongement de la durée d’octroi maximale des indemnités de chômage de cinq mois et demi (personne n’est ainsi arrivé en fin de droit pendant une période de six mois) et les indemnisations pour les cas de rigueur et les aides pour assurer la liquidité des entreprises ont également joué un rôle prépondérant.

Quasi la même stabilité en Valais

Avec un taux d’aide sociale en très légère progression à 1,9% (+0,1), le Valais figure en bas de classement en comparaison intercantonale (17e).
L’an dernier, 6500 personnes y ont été soutenues par l’aide sociale économique pour une évolution à peine différente de celle de la Suisse, constate Jérôme Favez, chef du service valaisan de l’action sociale.
 

Mais si le covid n’a pas impacté la facture de l’aide sociale et le nombre de bénéficiaires, il a en revanche, désécurisé de nombreuses Valaisannes et Valaisans, constate Jérôme Favez, avec une hausse significative de demandes d’accompagnement.
 

L’aide sociale : un assemblage entre plan comptable, accompagnement et insertion

Cette situation renforce les réflexions sur la mission même des travailleurs sociaux dans les CMS car à bien y regarder, pour ce qui relève de l’aide sociale, c’est "ou bien ou bien" selon des critères comptables. En clair, dans ce registre, il n’y a quasiment aucune marge de manœuvre pour l’assistant social, reconnait Jérôme Favez


L'aide sociale est prise en charge à 70% par le canton et 30% par les communes. En 2020, la facture globale a atteint les 50 millions de francs en Valais. Elle frisait les 22 millions en 2010.

CH
Thèmes liés à l'article
Catégories
Les articles les plus lus