La légende valaisanne d'Alexis

Alexis_Incruste ©Rhône FM
L'incruste
L'équipe d'animation
de Rhône FM

C'est un Alexis inspiré qui s'est tapé l'incruste ce matin dans Good Morning Valais ! Il nous a pondu une petite légende truffée de jeux de mots. Amusez-vous à l'écouter, avant de la lire...

C'est l'été, on se balade de village en village pour nos émissions et ce matin c'est à Vercorin que nos micros s'arrêtent. L'occasion pour Alexis de nous conter cette petite histoire :

Les origines

"Je vais tenter ce matin de vous racontez la légende autour de la création du village de Vercorin.
D’après les histoires qui se racontent de bouches de valaisans à oreilles de valaisans, c’est un groupe de marchands étrangers aux bourses bien remplies des Nobles venus de lointaines Contrées (vous l’avez ? ) qui voguaient sur le Rhône en barque, étant donné qu’ils avaient laissés leur Gondo à Venise.
Sur leur Chemin, assoiffés, parce que le soleil Icogne, ils prennent le temps de s’arrêter pour trouver une source de liquide quelconque, villages après villages pas de Fontaine ni Dessus ni Dessous…. Tout autour d’eux que des ChampSec … C’est à ce moment-là qu’une vieille dame, oui elle avait beaucoup de Riddes sur son visage, sortie de nulle part, une sorte de Commeire mais qui avait la réputation dans la région de posséder un grand savoir leur fait un signe et, du doigt, La Sage leur montre un Chataignier : « Tournez à droite et vous trouverez ce que vous cherchez ».
Notre petit groupe s’exécute et après une longue marche ils aperçoivent au loin une taverne.
Heureuse apparition, qui les remplit tellement de joie que les uns après les autres, ils se Sierre dans les bras.

Enfin l'heure des victuailles


"Ils entrent dans la taverne, l’un d’entre eux dit aux autres, « àSaillon – nous messieurs mangeons et buvons !». Et ils commandent aussitôt un copieux Reppaz avec bien-sûr du bon vin pour leur gosier, vu qu’il n’y a plus de bouteilles de Martigny.
Les heures passent, l’ambiance se détend, et pendant que ces étrangers refont le monde, le tavernier lui Conthey sa recette du jour. Y avait aussi quelques clients qui eux, Monthey dans leur chambre. Mais bon là n’est pas le plus important.
Revenons-en à nos bonhommes. Ils enchainent les chopes. Les santé ! fusent dans la taverne. Y en a même un, pris dans un élan de spiritualité, qui s’écrie « Levron nos verres mes frères, à Saint Martin ! » et ils lèvent leur verre.
« Et aussi à Saint Luc ! à Saint Léonard ! à Saint Maurice ! à Saint Romain ! »
Oui amis auditeurs, vous le constatez, La Fouly s’empare d’eux ! D’après, selon ce que l’on m’a raconté, y en a même un qui a tout Verbier sur la table.

Conclusion


"Et c’est là qu’on arrive, enfin à la fin de mon histoire, ces hommes ont tellement apprécié ce moment en Valais qu’ils ont décidé de s’y installer.
Ils étaient joyeux, festifs, a telle point que La Garde du village arrive dans la taverne et leur demande de s’arrêter.
Au lieu de sortir leurs épées pour croiser le fer, l’un des étrangers sort un curieux instrument de musique, fabriqué dans un métal brillant…. Un instrument que plus tard on appellera Saxonphone.
Et sous un air de musique tout le monde dans l’établissement festoya encore et encore. Et c’est précisément au petit matin que tout se joua quand le plus petit des marchands se tourna vers le tavernier et lui dit « Eh ! Tavernier Encore un Verre » mais bon il était tellement cuit qu’il ne prononça pas exactement cette phrase, Ce fut plutôt du style, « Verre Encore Un »  - Vercorin !


Et en guise de Morel de l’histoire une blagounette !  
Vous connaissez le nom de la seule discothèque de Sion ?
La Buée.
Parce que c'est là qu'on danse à Sion."

Ecoutez la chronique d'Alexis avec le lien ci-dessous.

Audios liés:

L'incruste d'Alexis
Thèmes liés à l'article
l'incrusteAlexishumour