La HES-SO et la HEP imposent le certificat covid à son personnel

La HES-SO et la HEP impose le certificat covid à son personnel ©Rhône fm
Covid-19
Diana-Alice Ramsauer
Journaliste RP

Le canton fait figure d’exception. Dès le 15 novembre prochain, les 900 employés de la HES-SO devront posséder un certificat Covid pour travailler. «Du pragmatisme valaisan», selon le directeur de la structure, François Seppey.

La totalité du personnel de la HES-SO et de la HEP devra présenter un certificat Covid pour travailler. Le Valais fait figure d’exception en introduisant cette mesure qui prendra effet au 15 novembre prochain. Si les étudiantes et étudiants doivent déjà présenter leur pass pour pouvoir assister aux cours, désormais, la règle sera la même pour l’ensemble des personnes travaillant dans la structure de formation. Tout le monde doit être logé à la même enseigne, affirme François Seppey directeur de la HES-SO Valais-Wallis.

«On a fait ce que l'on devait faire.»François Seppey, directeur de la HES-SO

«On a fait ce que l'on devait faire, réagit-il. A partir du moment où l'on a su qu'il allait falloir instaurer le pass sanitaire pour les étudiantes et étudiants, on l'a dit: notre volonté est que l'ensemble des personnes qui viennent dans nos écoles soient soumises aux mêmes règles. Nous estimons que les personnes qui travaillent au sein de la HES-SO doivent faire preuve de solidarité envers les élèves.»

Des règles du jeu «claires»

Tout le monde devra donc être, soit vacciné, soit guéri, soit testé. Mais l’employeur a le devoir de financer le dépistage, en l'occurrence les tests salivaires poolés. Les 900 personnes qui composent le personnel n’ont donc aucune raison de ne pas présenter de certificat, selon François Seppey.

Sans utiliser le terme «licencier», le directeur de la HES-SO le dit clairement, chacune et chacun doit prendre ses responsabilités. « Les règles du jeu sont claires, c'est une exigence que nous posons pour pouvoir garantir l'enseignement en présentiel pour les étudiantes et étudiants.»

Moitié pour, moitié contre et majorité silencieuse

Cette décision découle d’une consultation menée auprès du personnel par le Canton et son service des hautes écoles. Seuls 20% des employés se sont prononcés sur la question. La moitié s’est dit favorable au pass, l’autre moitié était contre. La direction générale en a conclu que la plupart des 80% silencieux ne voyaient donc pas de problème à l’instauration d’une telle mesure.

dar
Thèmes liés à l'article
Covid-19HES-SO Valais Wallis
Catégories
album_image
En ce moment
SeulGAROU