La course à l'Ours d'Or lancée sous les auspices de Fassbinder

Depuis des décennies, "Drii Winter" de Michael Koch est le premier film parlé en suisse allemand à être présenté en compétition à la Berlinale. ©Keystone/ALEXANDRA WEY
Berlinale
Keystone-ATS
Keystone-ATS

François Ozon a fait souffler l'esprit des années 1970 pour l'ouverture de la Berlinale avec son "Peter von Kant". Il s'agit d'une relecture passionnée d'une figure tutélaire du cinéma allemand, Fassbinder, en course pour l'Ours d'Or.

Il y a quarante ans, l'oeuvre originale de Rainer Werner Fassbinder, "Les larmes amères de Petra von Kant", était montrée lors de ce même festival. La présentation de cette nouvelle version, librement inspirée de l'originale, tenait à coeur à François Ozon, cinéaste stakhanoviste et éclectique.

Pour lui, le réalisateur et homme de théâtre allemand décédé il y a trente ans est un modèle, dont il s'était déjà inspiré pour "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes" (2000). Il a choisi cette fois une oeuvre qui explore la nécessité et l'impossibilité d'aimer, ainsi que l'ivresse du pouvoir qui guette les artistes.

Dans sa version, le personnage principal, Petra von Kant, est remplacée par son alter ego masculin, Peter, interprété intensément par l'un de ses acteurs fétiche, Denis Ménochet ("Dans la maison", "Grâce à Dieu").

Il incarne un réalisateur égocentrique qui tombe fou amoureux d'un acteur débutant, Amir, interprété par Khalil Gharbia, dont c'est le premier rôle de cinéma. Une passion dévorante qui va finir par se retourner contre Peter von Kant lorsqu'Amir va prendre son indépendance, sous les yeux de l'une des anciennes muses du réalisateur, interprétée par Isabelle Adjani. Ultime clin d'oeil à l'histoire du cinéma, l'actrice allemande Hanna Schygulla, qui jouait dans la version de Fassbinder, reprend du service.

Déclaration d'amour au cinéma

Dans cette réalisation en forme de déclaration d'amour au cinéma, qu'il a autoproduit, le réalisateur de "8 Femmes" ou "Swimming Pool" démontre une nouvelle fois sa capacité à créer des univers singuliers et très différents d'un film à l'autre, avec cette fois une envie de "refilmer les années 1970", l'une de ses périodes favorites.

"Ce qui m'intéressait, c'était d'incarner et de faire comprendre la souffrance de ce personnage de Peter von Kant", qui désespère en découvrant que "l'amour pur" n'existe pas, a ajouté François Ozon en présentant son film à Berlin.

18 films

Projeté jeudi soir en séance de gala, "Peter von Kant" ouvre la course à l'Ours d'Or, rabotée à six jours cette année contre une dizaine habituellement en raison de la crise sanitaire. Ce qui n'empêche pas les festivaliers de célébrer leurs retrouvailles avec les salles, après un ersatz de festival l'an dernier, en ligne uniquement.

Au total, au cours de cette 72e édition, 18 films seront visionnés par le jury, qui s'est retrouvé physiquement autour de son président, le grand nom américain du thriller M. Night Shyamalan ("Sixième Sens", "Incassable").

A ses côtés, le réalisateur japonais Ryusuke Hamaguchi, tout juste auréolé de quatre nominations aux Oscars dont celui de meilleur réalisateur pour "Drive My Car", ainsi que le cinéaste brésilien Karim Aïnouz, la réalisatrice Zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga ou l'actrice danoise Connie Nielsen. Celle-ci est connue notamment pour ses rôles dans "Gladiator" ou de reine des Amazones dans "Wonder Woman".

Réconcilier les cinémas

Alors que la planète cinéma s'inquiète plus que jamais pour son avenir en raison de la pandémie, de l'essor des plateformes et de la crise du cinéma d'art et d'essai, les jurés ont émis unanimement l'espoir de réconcilier cinéma "commercial" et d'auteur.

"Le rôle de la Berlinale, c'est de déclarer qu'il n'y a pas de fossé" entre ces deux types de cinéma, a souligné Ryusuke Hamaguchi en conférence de presse. Connie Nielsen a souligné que "les festivals de cinéma sont essentiels pour mélanger les choses".

En l'absence de grosses productions américaines et de leurs cortèges de stars, le festival penchera toutefois cette année largement du côté d'un cinéma plus confidentiel.

On retrouvera en compétition des personnalités connues, parfois déjà primées, à l'instar du vétéran italien Paolo Taviani, 90 ans, mais aussi la Française Claire Denis pour la première fois en compétition, ou le premier long-métrage autour des attentats du 13-Novembre à Paris, centré sur un récit de survivants du Bataclan.

Forte présence helvétique

Les films suisses se font aussi remarquer cette année à Berlin. Deux d'entre eux sont en compétition pour l’Ours d’or sur les onze qui seront visionnés dans différentes catégories. "Un magnifique coup de projecteur", salue la cinéaste Ursula Meier, dont le dernier film "La Ligne" a été choisi par le festival allemand.

Sa deuxième sélection à la Berlinale est pour la cinéaste franco-suisse "un grand bonheur, soulagée aussi que le festival se fasse en présentiel". Elle avait déjà remporté l’Ours d’argent en 2012 avec "L’enfant d’en haut".

"Drii Winter" est le deuxième long-métrage de Michael Koch, après "Marija" (2016). Il raconte une histoire d'amour inhabituelle dans un village de montagne suisse, tournée avec des actrices et acteurs non professionnels de la région.

Depuis des décennies, "Drii Winter" est le premier film parlé en suisse allemand à être présenté en compétition.

ATS
Catégories
A la Une