La constituante entame sa 2 lecture - débats animés en vue sur la représentation du Haut-Valais

La Constituante valaisanne entame sa deuxième lecture. (image d'archive) ©Keystone-ats
Constituante
Sandrine Rovere
Rédactrice en cheffe adjointe

Les débats promettent d'être animés à la rentrée à la constituante valaisanne. Car le texte de deuxième lecture a déjà montré des fronts marqués lors du débat d'entrée en matière mardi.

Quel visage aura la future constitution valaisanne ? Les constituants se sont penchés sur la question mardi après-midi.

Ils ont évoqué l’avant-projet de deuxième lecture. Un texte qui a été dégraissé et simplifié par rapport au texte qui était sorti des discussions de première lecture. Pour un résultat qui va dans le bon sens, ont estimé une grande partie des groupes.

Se battre pour le droit de vote des étrangers

Mais certains des articles qui avaient pourtant été approuvés l’hiver dernier ont été biffés pour cette deuxième lecture. Il y a par exemple le droit de vote des étrangers, qui est désormais laissé au bon vouloir des communes. Cela promet donc de vastes discussions lors de la lecture de détail en automne. Car le PS, les Verts, le groupe Valeurs libérales radicales ou Appel Citoyen vont se battre – ont-ils averti devant le plénum – pour que cet objet soit réintroduit.

Mais l’aspect de cet avant-projet qui a suscité le plus de discussions, ce sont les mécanismes qui ont été trouvés pour garantir des sièges à la population haut-valaisanne au Grand Conseil ou au Conseil des Etats. Le Haut-Valais serait ainsi représenté au Conseil des Etats au minimum une législature sur deux. Et un minimum de cinq sièges serait garanti pour chaque arrondissement électoral, le reste étant réparti en fonction de la population.

Si l’ensemble des groupes germanophones ont applaudi ces mécanismes, ceux-ci ont été qualifiés d’inacceptables par le chef du groupe parti socialiste et gauche citoyenne Fabien Thétaz, qui a estimé qu’il n’y avait aucune chance, en l’état, que cela ne soit accepté par la population du Valais romand.

"Ligne rouge"

Pour le chef du groupe Valeurs libérales Côme Vuille, il n’est en outre pas question de « tordre le résultat électoral » afin d’assurer des sièges à certaines régions. Si cette proposition de la commission devait être acceptée par le plénum, cela constituerait une ligne rouge majeure pour le groupe, a-t-il averti.

Au final, la constituante aura le loisir de débattre de ces questions en automne. Car aucun des groupes ne s’est opposé à l’entrée en matière sur cet avant-projet de deuxième lecture.

SR
Les articles les plus lus