A la chapelle des Pontis, le crime était presque parfait

Chapelle des Pontis ©Michel Savioz
Insolite
Thomas Schurch
Journaliste RP

Elles sont des centaines en Valais, et chacune a sa propre histoire. Sur Rhône FM durant les fêtes de fin d'année, nous partons à la découverte des chapelles insolites de notre canton. Ce mardi, une affaire judiciaire et un sanctuaire témoin d'un meurtre. Direction le Val d'Anniviers ! (2/6)

Nous sommes en juin 2013. Chapelles des Pontis. Deux hommes ont rendez-vous. C'est un endroit isolé à la sortie de Niouc dans la Val d'Anniviers. La chapelle, minuscule, a été construite juste après la guerre en 1947, histoire de donner du courage aux voyageurs qui devaient emprunter cette route sinueuse. Une vue à couper le souffle, à ras de falaise. Il y a un petit parapet… Et le vide. 120 mètres de chute.

Une chute vertigineuse

"Et avec sa maitresse, ils décident d'éliminer ce mari gênant"

C'est donc là qu'ils se voient. Deux amis… en apparence. Car l'un est l'amant de la femme de son copain. Et avec sa maitresse, ils ont décidé d'éliminer ce mari gênant. Ils sont au bord de la falaise. Ils discutent. Le mari est dos au vide… Bien des années plus tard, lors du procès en appel de 2018, la procureur Catherine Seppey nous expliquera la suite à notre micro :

"Il s'est vanté d'avoir contemplé la chute de la victime !"

Le mari est mort. Son corps sera retrouvé au pied de la falaise. Est-ce un suicide ? La victime, un résident de Chalais de 39 ans était après tout suicidaire. Aucune témoin sur place. Le crime aurait pu être parfait. Oui mais voilà, le tueur est un bavard impénitent. Il s'est vanté de son acte. Et forcément, la police l'a cueilli. Plus tard au tribunal, il criera son innocence. En vain.

Un crime presque parfait

L'avocat de l'accusé, Michel de Palma, aura tout tenté lors des audiences. Le prévenu est bavard certes, vantard même...  mais innocent, affirme-t-il. Ecoutez le :

"Il se vante, quitte à dire qu'il a poussé quelqu'un dans un ravin"

Les magistrats ont la conviction de sa culpabilité. De leur culpabilité. Car ce crime s'est mûri à deux, en couple. L'épouse est complice. Elle savait. "Les amants des Pontis" comme on les a surnommés, seront condamnés. 16 ans de prison pour lui, 6 pour elle.

La chapelle des Pontis

Sur place aujourd'hui, la chapelle des Pontis surplombe toujours le vide. Aucune trace de l'assassinat. Seuls ces mots à la chapelle, comme un triste clin d'œil : "Passant, veux-tu faire bon voyage, salue Notre Dame de Pontis". Neuf ans après les faits, rien ne semble troubler le calme du lieu. Un petit sanctuaire, perdu dans le Val d'Anniviers. Nous vous proposons de découvrir notre reportage ici :

Aux Pontis, le crime était presque parfait ! Notre reportage
Accidents, suicides et crise cardiaque
Elle veille sur les voyageurs ! la minuscule chapelle des Pontis a une bien singulière histoire. Construite en 1947, elle a pour but de soutenir les personnes qui empruntent la route sinueuse du Val d'Anniviers. "Depuis 1970, tous les premiers dimanches d'octobre à 11 heures, une messe en l'honneur des chauffeurs est célébrée", nous déclare Robert Savioz, policier à la retraite, caissier de la chapelle et âme vivante des lieux. Dans un entretien disponible ici, Robert Savioz nous parle de l'histoire de ce sanctuaire. Cette chapelle a tout connu ! Des accidents, une crise cardiaque, des suicides... Et un meurtre.
"Nous sommes sur place, à l'endroit même où ça s'est passé"
TS
Thèmes liés à l'article
PontisChapelle des Pontis
Catégories
Dossier Les chapelles qui ont marqué le Valais
Les articles les plus lus