La Bourse suisse en forte baisse suite à l'attaque russe en Ukraine

A 09h10, le Swiss Market Index (SMI) perdait 2,6% à 11'634,75 points, le Swiss Leader Index (SLI) 2,6% à 1846,23 points et le Swiss Performance Index (SPI) 2,4% à 14'727,30 points. Les trente principales valorisations étaient dans le rouge (archiv... ©KEYSTONE/ENNIO LEANZA
Marchés actio..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Bourse suisse a entamé la journée de jeudi dans le rouge vif, alors que les forces terrestres russes sont entrées sur le territoire ukrainien depuis la Russie et le Bélarus, selon les garde-frontières ukrainiens. Les principales valeurs suisses accusaient le coup.

Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars pour la première fois en plus de sept ans. Le cours d'autres matières premières comme l'aluminium ou le blé grimpait aussi. La paire EUR/CHF s'échangeait au cours moyen de 1,343 EUR/CHF.

Les Etats-Unis déposeront dans la journée un projet de résolution sur la table du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant la Russie pour sa "guerre" en Ukraine. Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne doivent pour leur part se réunir en sommet ce soir.

Le risque existe "que la crise devienne hors de contrôle", s'inquiète Timo Emden, d'Emden Research, rappelant l'époque de Guerre froide. "Les marchés financiers seraient affectés à long terme".

En Suisse, le marché du travail a poursuivi son embellie au 4e trimestre en Suisse: l'emploi total, soit le nombre de places de travail, s'est étoffé de 1,9% à 5,24 millions entre octobre et décembre sur un an, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS).

A 09h10, le Swiss Market Index (SMI) perdait 2,6% à 11'634,75 points, le Swiss Leader Index (SLI) 2,6% à 1846,23 points et le Swiss Performance Index (SPI) 2,4% à 14'727,30 points. Les trente principales valorisations étaient dans le rouge.

Richemont (-4,6%), Credit Suisse et AMS-Osram (-4,3% chacun) accusaient le plus fort recul. Les poids lourds s'en sortaient un peu mieux, Nestlé perdant 1,5%, Novartis 1,7% et Roche 1,9%.

Adecco reculait de presque 3%. Le géant de l'intérim a renoué avec les chiffres noirs en 2021, après une année 2020 affectée par la pandémie de coronavirus. Le dividende reste inchangé.

Sur le marché élargi, Cembra (-2,4%) voit son directeur opérationnel Niklaus Mannhart quitter l'établissement zurichois fin août.

Le spécialiste de la cybersécurité Wisekey (-5,7%) a nommé David Khalifa au poste de vice-président des ventes mondiales avec effet immédiat.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus