Keller-Sutter veut une solution paneuropéenne pour les réfugiés ukrainiens

La Suisse se montrera solidaire lorsqu'il s'agira de trouver "une solution paneuropéenne" pour l'accueil des réfugiés, a déclaré la conseillère fédérale. ©KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Suisse se montrera solidaire lorsqu'il s'agira de défendre les valeurs démocratiques et la liberté, ainsi que pour l'accueil des réfugiés, a déclaré dimanche Karin Keller-Sutter. Elle s'exprimait avant une réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE à Bruxelles.

La cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) a condamné l'attaque russe contre l'Ukraine, la qualifiant de "violation majeure du droit international". Les valeurs démocratiques et la liberté sont en jeu, a-t-elle ajouté.

La Suisse se montrera solidaire lorsqu'il s'agira de trouver "une solution paneuropéenne" pour l'accueil des réfugiés, a poursuivi Mme Keller-Sutter. Elle se montrera également solidaire avec l'Ukraine, ses ressortissants et leurs familles. Cette situation tragique lui rappelle l'invasion de la Hongrie par les Soviétiques en 1956 et celle de la Tchécoslovaquie en 1968, a-t-elle relevé.

Accueil des réfugiés

La rencontre ministérielle prévue devait notamment aborder l'aide humanitaire en Ukraine, mais aussi la gestion européenne des réfugiés en provenance de cet Etat. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), quelque 368'000 personnes ont pris la fuite après l'attaque russe contre l'Ukraine.

En tant que membre de l'espace Schengen, la Suisse participe à la protection des frontières extérieures de l'UE. En mai, les citoyens suisses voteront sur une augmentation des moyens alloués à l'agence européenne de garde-frontières et de gardes-côtes Frontex.

Mesures plus sévères contre Moscou

Selon Karin Keller-Sutter, le gouvernement suisse décidera par ailleurs lundi de mesures plus sévères contre la Russie. Ces mesures doivent être renforcées, a-t-elle dit. L'administration fédérale a donc préparé dimanche différentes mesures possibles.

La ministre de la Justice n'a pas donné de détails et dit ne pas pouvoir anticiper les discussions qui auront lieu lundi au Conseil fédéral.

ATS
Les articles les plus lus