Jérémy Michellod sur son 1e RIV: «Quand je suis en spéciale, je profite à 100%»

Jérémy Michellod ©Rhône FM
Rallye
Justin Grept
Responsable des sports

Jérémy Michellod dispute son premier Rallye du Valais en tant que pilote. Le Valaisan savoure cette expérience qui lui fait vivre «de sacrées sensations».

Dans la famille Michellod, il y a Jonathan qui lutte pour une place sur le podium de ce 61e Rallye international du Valais. Il y a aussi Jérémy. Avant le début de ce RIV, nous vous proposions d’ailleurs un portrait croisé de ces deux frères passionnés de sport automobile. Jérémy Michellod évoquait son mélange d’impatience et d’appréhension au moment de se lancer pour la première fois en tant que pilote sur cette épreuve mythique. Après cinq spéciales disputées, il dresse un premier bilan.

Jérémy Michellod, quelles sont vos sensations sur ce premier Rallye du Valais ?
Elles correspondent à 100% à mes attentes. C’est vraiment un rallye à la fois magnifique et compliqué. C’est très long. Hier (ndlr : jeudi), on a roulé de nuit, une grande première pour nous. Ce n’était pas évident. Aujourd’hui (ndlr: vendredi), ça se passe déjà beaucoup mieux. On apprend !

Mike Coppens, pilote chevronné, disait que par moment, il ne prenait pas assez de plaisir, tant il se mettait de pression. Cela vous arrive-t-il ?
Oui, ça peut arriver au début. Mais une fois que je suis dans la spéciale, je parviens vraiment à profiter à fond. C’est magnifique, on sent la voiture comme il faut. Ce sont de sacrées spéciales !

Quand est-ce que les sensations sont les plus fortes ? Dans les épingles ? Dans les sauts ?
C’est surtout dans les descentes. Elles sont assez cassantes, bosselées. La voiture bouge beaucoup mais on arrive toujours à la sentir, à faire de bons freinages.

Vous avez une expérience de copilote. Qu’est-ce qui change le plus au moment d’être au volant ?
Le fait de voir tout le temps la route. On maitrise tout, donc c’est beaucoup mieux, il y a bien plus de sensations.

Quelle relation entretenez-vous avec votre copilote Grégory Maître ?
Je lui apprends ce que j’ai appris en occupant ce siège. Mais je ne me fais pas de souci pour lui, il apprend très vite et se débrouille parfaitement.

Quel mot d’ordre pour la suite de ce rallye ?
Continuer l’apprentissage, et être à l’arrivée.

HDC
Thèmes liés à l'article
RallyeRallye du Valais
Catégories
Dossier Rallye International du Valais