Invaincues en Ligue B féminine, les joueuses de Sion Basket marchent fort. La recette ? Le plaisir !

Sion Basket ©Sion Basket
Basket
Hugo Da Custodia
Journaliste RP

Des équipes comme le BBC Monthey-Chablais n’ont engrangé aucune victoire en championnat depuis le début de la saison. En Valais, l’exact opposé existe aussi. En Ligue B féminine, les joueuses de Sion n’ont pas connu la moindre défaite jusqu’ici.

Certaines joueuses ont déjà évolué en Ligue A, d’autres font petit à petit leurs armes en deuxième division. Pour Sion Basket, comme pour beaucoup de formations de Ligue B, le moteur principal est le plaisir. Mais quand les résultats suivent, les objectifs évoluent. Créditées de 8 victoires en 8 matches (et au passage des meilleures statistiques offensives et défensives de leur groupe), les Sédunoises ont encore un long chemin à parcourir avant de penser au titre.

« On pense au titre mais ça serait déjà super d’arriver en finale ou du moins d’atteindre le Final Four. » Kathy Constantin, joueuse de Sion Basket

Toutefois cette possibilité trotte déjà dans les têtes. Comme le confirme Kathy Constantin qui a rejoint le club il y a quelques mois. « Certainement. Après, on sait que dans l’autre groupe (ndlr. Groupe Est), il y a des équipes plus fortes. Elles ont des joueuses étrangères, ce qui n’est pas notre cas. On pense au titre mais ça serait déjà super d’arriver en finale ou du moins d’atteindre le Final Four. »

De nouvelles responsabilités
Forte de sa petite expérience avec Hélios en Ligue A, Kathy Constantin, occupe un rôle particulier au sein de l’équipe sédunoise. À 20 ans, elle n’est ni la plus jeune, ni la moins expérimentée. Celle qui tourne à 16 points de moyenne par match depuis le début de la saison a dû s’adapter à sa nouvelle réalité.
«J’essaie de faire des bonnes passes et d’aider l’équipe mais je ne suis pas une leader sur le terrain»

Amitié et travail

Kathy Constantin met en avant la force du collectif, saluant au passage les apports des joueuses plus expérimentées qui figurent dans l’effectif. Chef d’orchestre de cette équipe, l’entraîneur de Sion Basket, David Andrade, détaille la recette qui a fait le succès de ses protégées jusqu’à maintenant. « L’amitié et le partage », explique celui qui est aussi vice-président du club. Il reprend. « C’est une équipe qui a du plaisir à être ensemble. »

« Ce sont des filles qui travaillent très dur à l’entraînement. » David Andrade, coach de Sion Basket

La notion de plaisir revient sans cesse. Quand on connaît l’exigence nécessaire à l’obtention de bons résultats, on pourrait se dire que le plaisir, à lui seul, ne peut pas servir de moteur et pourtant cela semble être le cas. « Ce sont des filles qui travaillent très dur à l’entraînement, poursuit le coach. Surtout, elles sont sérieuses pendant les matches et elles suivent les consignes. »

Invaincues jusqu’à présent en Ligue B, les Sédunoises chercheront à boucler le premier tour aux avant-postes. Pour cela elles devront battre la relève d’Elfic Fribourg ce samedi.

HDC
Thèmes liés à l'article
Sion BasketBasket-ballSwiss Basket
Catégories