Gueule de bois à Rome

Un immense exploit est à portée de Sommer et de ses équipiers ©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS
Football
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'Italie du Calcio s'est réveillée avec une belle gueule de bois samedi matin à Rome. Le nouveau penalty raté de Jorginho face à Yann Sommer risque bien de plonger tout un pays dans les abîmes.

"Il n'y aura aucun problème. Nous allons gagner en Irlande du Nord et nous serons qualifiés pour le Qatar lundi soir", clame toutefois Roberto Mancini. Le sélectionneur s'accroche aux deux buts d'avance que la Squadra Azzurra possède sur l'équipe de Suisse. "Ce n'est pas un avantage négligeable", dit-il.

La "Gazzetta dello Sport" tempère toutefois l'optimisme du Mister. Le journal parle d'un... "airbag en papier de soie" pour qualifier cet avantage de l'Italie avant les deux matches de lundi. Pour mémoire, on rappellera que l'Irlande du Nord a gardé sa cage inviolée lors de ses trois matches livrés à Belfast dans ce tour préliminaire de la Coupe du monde.

Une montagne de regrets

La Suissse, elle, affrontera dans le même temps un adversaire contre lequel elle avait mené 3-0 après seulement... 12 minutes de jeu le 25 mars dernier à Sofia. Breel Embolo (7e), Haris Seferovic (10e) et Steven Zuber (12e) avaient frappé pour permettre à la Suisse de réussir une entame magnifique dans ce tour préliminaire.

Malheureusement, l'équipe, alors dirigée par Vladimir Petkovic, n'avait pas su vraiment enchaîner. Elle ne s'était imposée "que" 3-1 face aux Bulgares avant de gagner sur la marge la plus étroite (1-0) trois jours plus tard à Saint-Gall devant la Lituanie. Avec le recul, ces deux rencontres laissent une montagne de regrets. Jamais la Suisse n'aurait accusé aujourd'hui ces fameux deux buts de retard sur l'Italie si elle avait fait correctement le job au mois de mars.

A Murat Yakin de corriger le tir. Lundi à Lucerne, le Bâlois devra composer, on le sait, sans les trois buteurs de Sofia. Il devra, aussi, inventer une nouvelle défense en raison de la suspension de Manuel Akanji et du probable forfait de Ricardo Rodriguez, qui a dû céder sa place à l'heure de jeu vendredi en raison de douleurs musculaires. On peut imaginer que le sélectionneur introduira Kevin Mbabu et Fabian Frei et demandera à Silvan Widmer de jouer à gauche.

Shaqiri: un nouveau triplé pour la centième ?

En attaque, l'heure de Mario Gavranovic pourrait sonner. Auteur de six buts cette année en sélection et trois lors de ses quatre derniers matches avec Kayserispor, le Tessinois a le profil du joueur de surface qui peut se régaler contre la Bulgare. Surtout si Ruben Vargas, Noah Okafor et Xherdan Shaqiri évoluent dans le même registre qu'à Rome.

A l'Olympico, le trio a réussi un début de match extraordinaire. Avec un brin de réussite, la Suisse aurait pu inscrire le 2-0, qui aurait sans doute fait très mal aux Champions d'Europe. Lundi, Xherdan Shaqiri honorera sa 100e sélection. Le capitaine rêve de fêter ce jubilé de la plus belle des manières. Avec pourquoi pas avec un triplé comme le 6 septembre 2011 à Bâle contre ces mêmes Bulgares ?

L'exploit serait immense

Si celui de Roberto Mancini était un peu trop crispé, le sourire que l'on pouvait lire vendredi soir sur le visage de Murat Yakin était rayonnant. Le sélectionneur est convaincu que son équipe sera à la hauteur de l'événement lundi soir. Dans un stade comble, avec sans doute une "ambiance de feu" comme l'espère et le réclame Xherdan Shaqiri, la Suisse possédera vraiment une chance en or d'arracher la première place de ce groupe, synonyme de qualification directe pour la Coupe du monde au Qatar. Et d'exploit XXL.

ATS
Catégories