Gilbert Houngbo premier africain à la tête de l'OIT à Genève

Le Togolais Gilbert Houngbo (deuxième depuis la gauche) va devenir le 11e directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève (archives). ©KEYSTONE/AP/ALASTAIR GRANT
Marché du tra..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'Organisation internationale du travail (OIT) va avoir pour la première fois un Africain à sa tête dès octobre prochain. Après deux tours de scrutin vendredi à Genève, l'ex-Premier ministre togolais Gilbert Houngbo, 61 ans, a été désigné comme directeur général.

En plus de 100 ans, jamais l'OIT n'avait eu de patron africain. Le 11e sera le bon. En revanche, il faudra encore attendre pour voir une femme piloter l'institution.

Avec de nombreuses activités dans les organisations internationales, M. Houngbo, élu par 30 des 56 membres du Conseil d'administration, constitué des gouvernements, des patrons et des syndicats, faisait figure de favori. Actuellement président du Fonds international de développement agricole (IFAD), il a été directeur général adjoint de l'OIT.

Il a notamment mis en avant la lutte contre le travail de plus de 150 millions d'enfants dans le monde ou encore son souhait d'étendre le financement de la protection sociale. Vendredi, il a promis aux 187 Etats membres de n'économiser "aucun effort pour répondre aux attentes" après son élection, face aux incertitudes observées actuellement dans le monde.

Il a salué la "symbolique" de cette désignation. "L'Afrique n'avait pas de siège à la table lorsque l'OIT a adopté sa Constitution en 1919", a-t-il affirmé, relevant un choix "historique".

Deux femmes éliminées

"Je ne serai le directeur général de personne et je serai le directeur général de chacun", a-t-il insisté, s'engageant à unifier le monde du travail. Les travailleurs et les patrons souhaitent une OIT efficace, a-t-il encore dit.

Il a remercié l'actuel directeur général, le syndicaliste britannique Guy Ryder, pour l'avoir fait rejoindre en 2013 l'organisation comme adjoint. Celui-ci a relevé l'"expérience" de son successeur et l'arrivée d'un représentant d'un pays en développement pour piloter l'OIT. Outre M. Ryder, l'Union africaine (UA), qui soutenait le futur directeur général, ou encore les syndicats internationaux ont salué l'élection du président de l'IFAD.

Parmi les quatre candidats face à M. Houngbo, le Sud-Africain Mthuzi Mdwaba, vice-président de l'OIT et représentant de l'Organisation internationale des employeurs (OIE), n'était plus soutenu par son gouvernement.

Parmi les deux femmes en lice, la Corée du Sud était en embuscade avec son ex-ministre des Affaires étrangères, Kyung-wha Kang, la première femme à avoir occupé ce poste dans son pays. Mais selon certains, cette candidature était prévue pour la positionner avant la succession probable de la haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet dans quelques mois.

Autre prétendante, l'ancienne ministre française du Travail Muriel Pénicaud a mené une campagne active, mais cumulait plusieurs obstacles. Premier d'entre eux, l'Europe a souvent dirigé l'OIT, comme le continent américain. Autre problème, Mme Pénicaud n'est pas soutenue par les syndicats de son pays et a souvent été raillée pour ses interventions publiques.

Attendu pour la relance

L'Australien Greg Vines avait lui été éliminé au premier tour. Il avait oeuvré comme directeur général adjoint puis comme président de l'organe de surveillance. Il se revendiquait en candidat du "consensus".

Le Togolais est le troisième Africain à prendre pour la première fois la tête d'une importante organisation internationale à Genève depuis cinq ans. Après l'Ethiopien Tedros Adhanom Gebreyesus, qui sera sauf surprise reconduit en mai prochain comme directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala qui pilote l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

M. Houngbo a été désigné pour un mandat de cinq ans. Il sera notamment très attendu pour accompagner les gouvernements, les patrons et les syndicats dans la relance après la pandémie.

La communauté internationale doit unir ses forces pour "un nouveau monde post-Covid", avait affirmé récemment le président de la Confédération Ignazio Cassis au début d'une réunion sur cette question. Il a appelé à un multilatéralisme qui lie travail, santé, environnement, commerce et sécurité.

L'ONU et l'OIT ont lancé un mécanisme pour financer 400 millions d'emplois supplémentaires et la protection sociale pour des milliards de personnes. Une relance centrée sur l'être humain va d'emplois décents à des emplois verts en passant par un accès équitable au vaccin contre le coronavirus.

ATS
Les articles les plus lus