Genève reste "l'enfant terrible" de l'immobilier de bureau (étude)

Le marché genevois souffre notamment d'une offre excédentaire, selon Credit Suisse. (Archives) ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Marché immobi..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Même s'il est resté relativement stable depuis l'éclatement de la pandémie, le marché genevois de l'immobilier de bureau est encore et toujours - et de loin - celui qui présente le taux de l'offre le plus élevé de Suisse.

Ce dernier, récemment passé à 12,3%, contre 11,5% un an plus tôt - à comparer avec les 5,8% de moyenne nationale - fait de lui "l'enfant terrible" de ce segment, selon une étude sur l'immobilier de bureau publiée mercredi par Credit Suisse.

Ses auteurs expliquent cette évolution essentiellement par une "augmentation sensible de l'offre", avec notamment les surfaces créées dans le nouveau quartier d'affaires de la gare de Lancy-Pont-Rouge et celles liées à l'inauguration du Léman Express, qui a externalisé le taux de vacance.

Au centre-ville, la demande est restée intacte, mais elle porte désormais sur des surfaces inférieures à 1000 mètres carrés. "La reprise enregistrée par la place financière genevoise ces dernières années a contribué à ce résultat", signalent les experts de la banque aux deux voiles, en référence à l'essor du secteur élargi des intermédiaires financiers.

Le marché genevois souffre également d'une offre excédentaire. "Les investisseurs n'ont pas fait preuve de la retenue correspondante dans un passé récent", estime Credit Suisse, soulignant qu'au cours des cinq dernières années, le volume des projets autorisés a été inférieur de 6% seulement à la moyenne à long terme de 84 millions de francs, trop peu pour permettre un redressement du marché.

Gros projets à Lausanne

Avec un taux d'offre de 8,2%, Lausanne dépasse également la moyenne nationale, même si le centre-ville (3,5%) affiche une valeur presque aussi faible que Zurich (3,3%) ou Berne (2,2%). Après avoir été stable entre 2012 et 2018, le marché lausannois a vu cet indicateur décoller en raison de plusieurs importants projets de construction situés en périphérie.

Les économistes de Credit Suisse citent notamment Central Malley, où les Chemins de fer fédéraux (CFF) transforment un site industriel désaffecté entre la banlieue ouest de Renens et Prilly. Malgré leur accessibilité, les nouveaux locaux ont de la peine à trouver preneur: "seules quelques surfaces ont pu être louées ces deux dernières années".

La somme des investissements dans la capitale olympique, à l'aune des permis de construire délivrés, a régulièrement dépassé la moyenne annuelle de 91 millions depuis 2015. Les auteurs de l'étude signalent toutefois une accalmie, ce volume ayant été ramené à 28 millions au cours des douze derniers mois: "l'extension des surfaces devrait donc diminuer avec le temps", même s'il ne faut pas s'attendre à voir l'offre reculer de sitôt, "car des locaux arrivent sans cesse sur le marché".

ATS
Catégories