Gaetano Berardi: «Affronter Lugano? Ça ne me fait rien. C'est comme si c'était St-Gall ou Lucerne»

Gaetano Berardi ©FC Sion
FC Sion
Justin Grept
Responsable des sports

Gaetano Berardi joue contre Lugano samedi prochain à Tourbillon (20h30). Pour le Tessinois du FC Sion, affronter son club formateur n'a rien de spécial. Interview.

Gaetano Berardi, vous êtes arrivés au FC Sion en janvier et êtes aujourd’hui titulaire indiscutable. Comment le vivez-vous ?
Bien, évidemment. L’équipe est très compétitive, ça me rend heureux. D’un point de vue personnel, plus je vais jouer, plus je me sentirai bien.

Physiquement, après de longs moins sans compétition, vous êtes au top ?
Je ne sais pas si je suis au top. Ce que je peux dire, c’est que je me sens très bien. Les premiers matches ont été plus difficile, mais comme je l’ai dit, plus je joue, meilleur je me sens. La préparation de janvier m’a fait du bien et je vois que ça paie.

Contre Bâle début février, vous avez joué le premier match de votre carrière en Super League. Que pensez-vous de ce championnat ?
C’est une ligue très compétitive, difficile. Toutes les équipes sont compliquées à jouer, avec de bons joueurs, très physiques. Je le savais parce que je suivais le championnat. Mais maintenant, je le constate sur le terrain.

Cette saison, Zurich domine les débats et va très probablement gagner le championnat. Ça vous surprend ?
Pas vraiment, car quand on a affronté Zurich, ils étaient très bien organisés, forts dans tous les secteurs de jeu. Il y a aussi YB et Bâle qui ont un bon niveau, mais je crois que Zurich mérite d’être leader.

YB et Bâle, justement, qui semblent moins compétitifs. Comment l’expliquer ?
Je ne sais pas, peut-être par leur engagement en coupe d’Europe. Ou leurs nombreuses blessures. Mais je me concentre davantage sur le FC Sion.

Samedi, vous allez affronter votre club formateur, Lugano. Un match qu’on imagine spécial pour vous ?
Je vais le prendre comme un match normal, comme n’importe quel autre. Bien sûr c’est Lugano, mais je n’y ai jamais évolué en équipe première. Ce sera comme si c’était Saint-Gall ou Lucerne en face. Je vais faire de mon mieux pour que l’on gagne, voilà tout.

Un match sans Paolo Tramezzani sur le banc. Ni avant, dans le vestiaire. Qu’est-ce que ça change pour vous ?
C’est évidemment plus agréable quand le coach est avec nous. Mais on a préparé la rencontre de la même manière. 

Un Paolo Tramezzani qui est très actif devant son banc. Il parle beaucoup et gesticule énormément pour donner des indications aux joueurs. Sur le terrain, vous le remarquez ou vous êtes dans votre bulle ?
Bien sûr ! On le ressent quand on est sur le terrain. Et j’espère qu’il trouvera une solution pour être proche de nous d’une manière ou d’une autre samedi. Quand il est présent, il parvient à nous pousser à donner le meilleur et nous en avons besoin.

Face à Lugano, vous allez jouer à domicile. Comment trouvez-vous Tourbillon par rapport aux autres stades que vous avez connu dans votre carrière ?
Ce n’est pas un grand stade, mais j’aime y jouer, avec les fans qui sont très proche du terrain. Contre GC, j’étais en tribune, contre Zurich sur le terrain et contre Lausanne sur le banc. Dans les trois situations, j’ai aimé les sensations que j’ai ressenti. J’aime jouer à domicile. 

JG
Thèmes liés à l'article
FC SionFootballSuper League
Catégories
Dossier FC Sion
Les articles les plus lus