Fribourg: le Conseil d'Etat veut toujours un centre cantonal fort

Image par défaut ATS ©RFM
Communes - FR
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le Conseil d'Etat fribourgeois poursuit sa réflexion pour renforcer le centre cantonal. L'échec du vote consultatif de septembre, avec une fusion à neuf communes dans un Grand Fribourg à 75'000 habitants, le prive "d’un des outils à sa disposition", estime-t-il.

Le constat ressort de la réponse apportée il y a quelques jours à une question émanant des députés PLR Sébastien Dorthe, par ailleurs président de son parti cantonal, et Savio Michellod. Ceux-ci s'interrogeaient sur la suite des opérations, sachant qu'une fusion de la ville de Fribourg et avec les communes voisines est exclue pour l'heure.

L’issue négative du vote consultatif sur le Grand Fribourg du 26 septembre, avec le rejet du projet par six communes sur neuf, ne remet pas en question la stratégie du gouvernement pour renforcer le centre cantonal, relève en substance ce dernier dans sa réponse. Elle lui enlève seulement "d’un des outils à sa disposition" pour y parvenir.

Rapport demandé

L’exécutif cantonal constate que le vote populaire "rend peu probable l’élaboration d’un projet de convention (...) acceptable par l’ensemble des communes concernées". Il prend encore acte de la dissolution décidée par l’Assemblée constitutive le 25 novembre, mais en exige l'élaboration d'un rapport sur les travaux réalisés.

De plus, le Conseil d'Etat fribourgeois veut que les motifs ayant convaincu l'organe de renoncer à présenter une convention de fusion soient développés. Au-delà, il rappelle avoir lancé la procédure de consultation des communes sur l’agrandissement du périmètre de l’Agglomération de Fribourg.

"Le Grand Conseil a décidé d’introduire une nouvelle gouvernance dans un délai de quatre ans (deux ans pour fixer le périmètre provisoire des agglomérations et deux ans pour en élaborer les statuts)". L'idée vise notamment à "renforcer, accélérer et mieux accompagner la réalisation des projets d’envergure régionale".

Soutiens cantonaux

La nouvelle loi sur les agglomérations prévoit des soutiens financiers de la part du canton, souligne l'exécutif. L’Etat de Fribourg pourrait du coup couvrir 30% des coûts d’études pour les projets d’agglomération, jusqu’à une concurrence d'un montant de 300'000 francs.

Mais "avant d’examiner les modalités de mise en œuvre de ces soutiens", le Conseil d’Etat juge nécessaire de connaître la décision du Tribunal fédéral sur le recours de six communes contre le changement de loi.

Le 26 septembre, le verdict du vote consultatif a été sévère pour les tenants de la constitution d'un Grand Fribourg. Les six communes ayant rejeté le projet l'ont fait par des taux nets, avec 60,5% pour Avry, 63,8% pour Corminboeuf, 66,5% pour Givisiez, 85% pour Granges-Paccot, 83,7% pour Matran et 73,8% pour Villars-sur-Glâne.

Dans l'autre camp, les citoyens de Fribourg, chef-lieu cantonal qui compte 38'000 habitants, ont dit oui à 74,1%, tout comme ceux de Marly (57,1%) et Belfaux (56,9%). Le sujet, néanmoins, ne devrait pas être absent des débats qui jalonneront la nouvelle législature cantonale (2022-2026) qui a commencé le 1er janvier.

ATS
Catégories
album_image
En ce moment
Melo PruneSTEVANS