France: ralentissement du renchérissement du bâti au 3e trimestre

La tendance observée depuis 2020, qui voit les prix des maisons se renchérir beaucoup plus vite que les appartements, continue: elles se sont accrues deux fois plus vite, 8,2% contre 4,1% au troisième trimestre. (KEYSTONE/Peter Klaunzer) ©KEYSTONE/PETER KLAUNZER
Immobilier
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les prix de l'immobilier ancien en France ont quelque peu modéré leur progression sur un an au troisième trimestre 2022 avec une hausse de 6,4%, selon l'indice Notaires-Insee de référence publié jeudi.

L'augmentation avait été de 6,8% au deuxième trimestre et de 7,3% au premier, alors que la hausse des prix est soutenue depuis le début de la pandémie.

Les données des notaires publiées jeudi sont basées sur les ventes définitives. L'Institut national de la statistique (Insee) est asso

La hausse des prixcié au calcul de l'indice.

La hausse des prix suit la courbe des transactions, qui après avoir atteint un pic au 3e trimestre 2021 (plus de 1,2 million de ventes) reflue doucement mais reste à un niveau très élevé avec 1,13 million de ventes conclues.

La tendance observée depuis 2020, qui voit les prix des maisons se renchérir beaucoup plus vite que les appartements, continue: elles se sont accrues deux fois plus vite, 8,2% contre 4,1% au troisième trimestre.

L'Ile-de-France, où les prix de l'immobilier sont les plus élevés, continue d'augmenter nettement moins que le reste de la France métropolitaine (2% contre 8,1%).

Les prix des appartements suivent des tendances totalement différentes dans les trois plus grandes villes du pays: ils continuent de refluer à Paris (-1,2%), tandis qu'ils flambent à Marseille (+10,8%) et progressent doucement à Lyon (+1,9%).

ATS
Catégories