FC Sion: le discret Birama Ndoye, joueur le plus capé de l'effectif

Justin Grept
Responsable des sports

Birama Ndoye est un homme réservé. Le Sénégalais (27 ans) préfère se mettre en avant sur le terrain que dans la vie. Au FC Sion, ça dure depuis 217 matches.

Rencontre avec un pilier du FC Sion: Birama Ndoye. Il est aussi calme dans la vie que puissant sur le terrain. Il est aussi discret au civil que décisif en match. Et ce n’est pas face aux médias que Birama Ndoye est le plus à l’aise. Le Sénégalais s’exprime plus volontiers balle au pied. Avec un maillot rouge et blanc sur le dos.

217 matches en rouge et blanc

D’autant que Birama Ndoye est un fidèle du club valaisan. Il a fait sa première apparition en équipe première le 25 mai 2013.  Depuis, en huit ans, il en a cumulé 216 autres. Ce qui fait de Birama Ndoye le joueur le plus capé de l’effectif valaisan actuel. De quoi renforcer son statut de patron de la défense sédunoise. 

«Oui, ça fait longtemps que je suis ici, mais je ne vais pas pour autant me répéter que je suis le plus ancien ou me comporter différemment.» Birama Ndoye 

Et de membre influant du vestiaire? Pas certain, à entendre le Sénégalais de 27 ans : «Ce n’est pas une statistique que j’ai tout le temps en tête. Oui, ça fait longtemps que je suis ici, mais je ne vais pas pour autant me répéter que je suis le plus ancien ou me comporter différemment. Je suis quelqu’un de humble, de simple. Les joueurs le savent. Ce qui m’importe est de travailler et d’essayer d’avancer ensemble.» 

Pas envie, ni besoin du brassard  

Pas de fausse modestie dans ce discours. Même lorsque, devant lui, son entraineur Paolo Tramezzani le couvre de louanges, le numéro 34 ne bronche pas. Le coach transalpin parle de «valeur sûre», de «joueur-clé», de «leader naturel». Quand on lui demande de réagir, Birama Ndoye valide… sur la pointe des pieds. «Oui, mais je ne suis pas quelqu’un qui aime se montrer. C’est aussi pour cette raison que je ne veux pas le brassard de capitaine. Ils le savent, au club, que je n’en veux pas. Mais je sais que je suis un leader, même sans le brassard.»

Depuis son retour de blessure, qui coïncide avec celui de Paolo Tramezzani sur le banc, le club sédunois affiche une meilleure solidité défensive. Ce fut le cas contre Bâle et contre Servette. Tout sauf un hasard. Birama Ndoye se sent en confiance, estime avoir gagné en maturité au fil des ans. «On peut dire ça. Je me sens bien dans mon corps, dans ma tête.»

«Je me considère comme un défenseur central. Je n’ai plus les repères pour jouer au milieu de terrain.» Birama Ndoye 

Quand il a débuté au FC Sion, Birama Ndoye était un milieu de terrain. Aujourd’hui, il a joué presque deux fois plus de matches au poste de défenseur central. «Pour le moment, je me considère comme un défenseur central. Je n’ai plus les repères pour jouer au milieu de terrain. Je me sens bien, même mieux, en défense.»  

En fin de contrat en juin

En 217 matches sous la tunique du FC Sion, Birama Ndoye a tout connu. Les sommets, avec une victoire en Coupe de Suisse en 2015 (même s’il n’a pas joué la finale en raison d’une blessure). Et les abîmes, avec les dernières saisons passées à lutter contre la relégation. Mais pas de quoi le décourager. Encore moins l’effrayer. «C’est comme dans la vie: il ne faut pas fuir quand il y a des problèmes. Il faut les affronter. C’est ce qu’on est en train de faire et j’espère que cette saison, nous n’allons pas revivre cela. Si j’ai eu peur en fin de saison dernière ? Non ! Mon discours a toujours été le même durant cette période difficile, je n’ai jamais pensé qu’on allait descendre en 2e division.» 

En fin de contrat à la fin de la saison, Birama Ndoye ne sait pas encore de quoi son avenir footballistique sera fait. Mais son après-carrière, lui, est déjà tout tracé. «C’est certain que je retournerai vivre au Sénégal. Si ma femme et ma fille vivent en Valais avec moi, tout le reste de ma famille est au pays. Je vais les voir dès que je peux, chaque six mois.» 
 

JG
Thèmes liés à l'article
Catégories