Fabrice Leggeri, patron contesté de Frontex, démissionne

Régulièrement accusé de tolérer des refoulements illégaux de migrants, le patron de Frontex Fabrice Leggeri a donné sa démission. (archives) ©KEYSTONE/AP/Virginia Mayo
Migrants
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Figure de l'imperméabilité des frontières européennes, régulièrement accusé de tolérer des refoulements illégaux de migrants, le patron français de Frontex Fabrice Leggeri a présenté sa démission, a annoncé l'agence européenne de gardes-côtes et de gardes-frontières.

Le conseil d'administration de Frontex a fait cette annonce vendredi après une réunion de deux jours faisant suite "à l'enquête de l'Olaf, l'Office européen de lutte antifraude, contre trois de ses membres dont le directeur exécutif".

Selon le communiqué de Frontex, M. Leggeri a présenté sa démission jeudi et le conseil d'administration de Frontex en a conclu que son mandat avait pris fin. Le directeur exécutif adjoint Aija Kalnaja le remplace, a précisé l'agence.

La démission de M. Leggeri "fait suite à une enquête diligentée contre sa gestion de l'agence par l'Olaf", a souligné de son côté une source française proche du dossier.

Elle "ouvre la possibilité d'un nouveau début" pour Frontex, a indiqué un porte-parole du gouvernement allemand interrogé lors d'une conférence de presse. Cette démission, a poursuivi ce porte-parole, "donne la possibilité d'éclaircir entièrement les accusations pour faire la transparence et s'assurer que toutes les opérations de Frontex ont lieu dans le respect du droit européen".

Directeur exécutif de Frontex depuis 2015, Fabrice Leggeri a été visé par un rapport non public début 2022 de l'Olaf qui, selon l'hebdomadaire français Le Point, lui reproche de "ne pas avoir respecté les procédures, s'être démontré déloyal vis-à-vis de l'Union européenne et un mauvais management personnel".

Mais cette enquête intervient sur fond d'accusations régulières, notamment de la part d'ONG, de pratiques de refoulements illégaux de migrants (dits "pushbacks") et de complaisance envers les autorités grecques, par exemple, sur des renvois brutaux vers la Turquie.

Mercredi encore, une enquête publiée par le quotidien français Le Monde et le site d'investigation Lighthouse Reports a démontré qu'entre mars 2020 et septembre 2021, Frontex a répertorié des renvois illégaux de migrants, parvenus dans les eaux grecques, comme de simples "opérations de prévention au départ, menées dans les eaux turques".

"Schizophrènes"

Dans une lettre diffusée sur les réseaux sociaux par le journal allemand Der Spiegel et Lighthouse Reports vendredi, le patron de Frontex confirme qu'il "remet (son) mandat au conseil d'administration, puisqu'il semble que le mandat de Frontex sur lequel (il a) été élu puis reconduit en juin 2019 a silencieusement mais effectivement changé".

L'eurodéputée néerlandaise Tineke Strik, cheffe de file du groupe de travail du parlement européen sur Frontex (qui réclamait la démission de M. Leggeri), a livré un sous-titrage sarcastique de cette déclaration: "Je n'ai jamais compris que Frontex doit protéger les droits fondamentaux dans toutes ses actions", a-t-elle écrit sur Twitter.

Avant de poursuivre: "Le prochain directeur doit en faire une priorité absolue".

De fait, au-delà du rapport de l'Olaf, il semble que la philosophie et la nature même de la mission de l'agence sont au coeur du rapport de force qui a poussé Fabrice Leggeri à la démission: Frontex doit-elle assurer avant tout l'imperméabilité des frontières extérieures de l'Europe ? Ou bien doit-elle surveiller les Etats membres de l'UE dans la protection des demandeurs d'asile qui frappent à leur porte ?

Ces derniers mois, le directeur exécutif de Frontex s'interrogeait publiquement sur ce dilemme. Début décembre, lors d'une table ronde, il s'était même dit "démuni" face à cette situation. "On est schizophrènes", avait-il lâché.

Il a de nouveau mis en avant "un besoin évident de clarification", vendredi, dans une interview au Journal du dimanche. "Je ne démissionne pas pour peser dans ce débat mais pour répondre à un rapport qui m'oblige à me défendre", a-t-il fait valoir.

"La question est vraiment de savoir ce que l'Union doit faire lorsque 16 États de l'UE décident à Vilnius en janvier dernier de demander des fonds européens pour renforcer leurs frontières, y compris avec des murs. Ou lorsque la migration est utilisée comme une arme géopolitique", a-t-il estimé, appelant à "concilier les codes de fermeté avec les principes qui régissent le droit à l'asile et à la protection".

Vendredi, une porte-parole de la Commission européenne, Anitta Hipper, a ainsi tranché la question: "Le rôle de Frontex, d'une importance cruciale, est d'aider les Etats membres à protéger les frontières extérieures communes de l'UE et de faire respecter, dans le même temps, les droits fondamentaux. Pour cela, Frontex doit être dotée d'une agence stable qui fonctionne bien".

En sept ans à la tête de Frontex, Fabrice Leggeri a accompagné le renforcement de l'agence, qui a été considérablement musclée et dont les effectifs - avec des agents armés, désormais - doivent atteindre 10'000 gardes-côtes et gardes-frontières d'ici 2027.

ATS
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
19-2000GORILLAZ