En désaccord avec le parti, Frédéric Carron et Sophie Sierro quittent les Verts valaisans

Le vaccin Cominarty contre le Covid-19 devrait générer des ventes de 32 milliards de dollars en 2022. (Archives) ©KEYSTONE/DPA/SVEN HOPPE
Politique
Thomas Schurch
Journaliste RP

Deux élus écologistes valaisans, Frédéric Carron et Sophie Sierro, annoncent dans un communiqué diffusé ce lundi matin leur départ du parti. En cause : des divergences avec le parti concernant la gestion de la pandémie.

"D’un commun accord, et suite à une médiation menée entre le parti des Vert.e.s, le groupe parlementaire, Frédéric Carron (député) et Sophie Sierro (députée suppléante), ces derniers ont décidé de quitter le parti des Vert.e.s ainsi que leur groupe parlementaire." C'est par cette phrase que débute le communiqué de presse diffusé ce lundi 16 mai 2022. Un communiqué signé conjointement par les deux démissionnaires, Brigitte Wolf, co-présidente des Vert.e.s Valais et Céline Dessimoz, cheffe du groupe parlementaire.

"Le tout nouveau groupe parlementaire n'a pas réussi à créer une cohésion qui englobe l'ensemble de ses membres"

Comment expliquer ces deux démissions ? La pandémie est passée par là. On savait que des tensions existaient chez les Verts concernant la gestion de la crise et le rapport à la vaccination. "Malheureusement, dans un contexte de pandémie, avec les restrictions y relatives, le tout nouveau groupe parlementaire n’a pas réussi à créer une cohésion qui englobe l’ensemble de ses membres", poursuit le communiqué. "Des divergences de vues sur le fond et la forme de la coopération ont conduit Frédéric Carron et Sophie Sierro à choisir de sortir du groupe parlementaire et à quitter le parti. Cette issue leur est apparue comme la meilleure des options." Une position politique divergente affichée depuis les tous débuts de la pandémie, en témoigne ce portrait de Frédéric Carron dressé sur Rhône FM en juillet 2021.


La stratégie politique pour la pandémie ne séduit pas, mais alors pas du tout, le député vert Carron


Ils siègeront "en tant qu’indépendant.e.s."

Ces divergences ne datent pas d'hier, en mars dernier les deux élus Verts avaient cosignés une initiative parlementaire (avec deux UDC) Le texte demandait qu'une commission neutre et transparente soit chargée à l'avenir d'effectuer un suivi des pandémies, ou d'autres phénomènes locaux comme les intoxications ou les catastrophes naturelles. une initiative refusée par le Parlement cantonal. Enfin toujours selon le communiqué, on apprend que les deux élus continueront à siéger au Grand Conseil "en tant qu’indépendant.e.s."

C/TS
Catégories
Les articles les plus lus