Droit de vote des étrangers: l'initiative a abouti à Genève

L'initiative vise à accorder tous les droits politiques au niveau cantonal aux habitants qui résident dans le canton depuis au moins huit ans (image d'illustration). ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Votation - GE
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'initiative constitutionnelle qui vise à étendre les droits politiques des étrangers au niveau cantonal a abouti à Genève. Elle prévoit d'accorder le droit de vote et d'éligibilité aux habitants qui résident à Genève depuis au moins huit ans.

Le Conseil d'Etat a constaté mercredi l'aboutissement de l'initiative "Une Vie ici, une voix ici ... Renforçons notre démocratie !" La vérification de signatures a permis de constater que 8162 signatures valides avaient été récoltées, dépassant ainsi les 8157 paraphes exigés par la Constitution.

L'initiative, portée par la gauche, les syndicats et diverses associations, possède une particularité singulière étant donné qu'elle ne fait aucune distinction entre les permis de séjour. L'enjeu de l'initiative est important car Genève environ 40% d'étrangers.

Si l'initiative est acceptée par le peuple, aussi bien un permis C qu'un demandeur d'asile ou un expatrié titulaire de papiers diplomatiques, pour autant qu'il ait vécu huit ans à Genève, aurait les mêmes droits politiques qu'un citoyen suisse.

Le député d'Ensemble à gauche Thomas Vanek a justifié la démarche samedi sur les ondes de la RTS, en expliquant que "l'essentiel des débats se fait à l'échelle cantonale. Et quand vous avez 40% des gens qui résident dans le canton qui sont exclus du débat politique, c'est un problème".

ATS