Deux figures du monde de la santé au tribunal

Un nouveau procès climatique s'est ouvert lundi matin à Lausanne, en présence de deux figures de la santé (photo d'illustration). ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Procès VD
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Un nouveau procès climatique s'est ouvert lundi matin à Lausanne, où 12 activistes sont jugés pour avoir bloqué la rue Centrale en 2019. Deux figures du monde de la santé, Valérie D'Acremont et Blaise Genton, font partie des prévenus.

Les deux médecins d'Unisanté, qui sont par ailleurs mariés, sont des visages connus dans la lutte contre le coronavirus: Valérie D'Acremont comme infectiologue et Blaise Genton en tant que responsable de la campagne de vaccination vaudoise. Ils ne doivent toutefois pas au Covid-19 leur convocation au tribunal, mais à leur engagement en faveur du climat, dont ils sont des militants assidus.

Valérie D'Acremont, également conseillère communale lausannoise chez les Verts, et Blaise Genton ont été dénoncés à la justice pour avoir participé à une action d'Extinction Rebellion, le 14 décembre 2019.

Comme les 10 autres prévenus du jour, ils sont accusés d'avoir bloqué la circulation sur la rue Centrale, au coeur de Lausanne, puis d'avoir résisté lors de leur évacuation par la police. La manifestation, qui s'était déroulée durant une bonne partie de la journée, avait réuni jusqu'à 500 militants et sympathisants.

Pas d'avocat

Contre chacun des 12 activistes jugés lundi, le Ministère public a requis une peine pécuniaire de 20 jours-amende avec sursis. S'y ajoutent une amende de 300 francs et des frais de procédure à hauteur de 200 francs.

Aucun représentant du Parquet n'assiste à ce procès pour soutenir l'accusation. Quant aux 12 prévenus, ils assurent eux-mêmes leur défense, sans le soutien d'un avocat.

Ce procès est programmé jusqu'à mercredi. Il fait partie de la série dite du "procès des 200", entamée en septembre dernier et qui voit défiler les militants au tribunal pour divers faits de désobéissance civile à Lausanne entre 2019 et 2020.

ATS