Détresse psychologique des jeunes: l'Hôpital du Valais lance une nouvelle structure

Santé mentale des jeunes
Santé psychique
Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

L’Hôpital du Valais renforce son offre de psychiatrie ambulatoire à destination des jeunes. Il a inauguré ce mardi la nouvelle structure CAP'Ado. Celle-ci offrira une alternative aux parcours de soins existants.

Cette nouvelle offre intervient dans le prolongement des dispositifs mis sur pied en 2021, avec le soutien des autorités cantonales. L'idée était de répondre à une détresse psychologique accrue des adolescents et des jeunes adultes. Pour cela, l'Hôpital du Valais lance dès mercredi la structure CAP'Ado, un centre d’accueil et de projet destiné aux adolescents.

Stimuler l'élan vital

Située dans les locaux de l’ancien Institut de recherche en ophtalmologie, CAP’Ado propose aux jeunes touchés par la maladie psychique, dépassés par les enjeux sociaux et professionnels, de construire des projets à leur portée. Les valeurs soutenues par l’équipe sont la curiosité et le souhait de nourrir l’imaginaire. «Notre objectif est de stimuler l’élan vital par des activités et par des échanges», explique le Dr Boris Guignet, chef du Service de psychiatrie-psychothérapie de l’enfant et de l’adolescent du Centre hospitalier du Valais romand. «Nous souhaitons leur permettre d’expérimenter des moments de plaisir, et les aider à construire une trajectoire de vie rassurante».

Une alternative aux parcours de soins 

Cette nouvelle structure propose des soins psychiatriques pour enfants et adolescents, complémentaires à ceux déjà prodigués sur le territoire valaisan, notamment les consultations ambulatoires, les prises en charge de crise, la liaison hospitalière, et l'unité d’hospitalisation. «Elle est complémentaire au Centre pédagogique ouvert à Martigny (CMPTJ), qui a une vocation de soutien des phobies scolaires», poursuit le Dr Boris Guignet. «CAP’Ado se veut une alternative aux parcours de soins parfois douloureux, qui amènent certains jeunes à ricocher entre une prise en charge ambulatoire insuffisante, et une prise en charge lourde à l’hôpital. Nous constatons depuis une quinzaine d’années une augmentation constante des besoins d’accueil temporaires pour ces jeunes», note le Dr Boris Guignet.

CAP'Ado : objectifs
La structure d’accueil à la demi-journée de CAP’Ado a pour objectifs de soulager les jeunes de 12 à 18 ans, en difficultés dans leurs processus d’autonomisation et de socialisation, de soutenir ceux qui éprouvent de grandes difficultés pour se projeter dans l’entrée dans le monde professionnel, et aussi de permettre à ces jeunes d’expérimenter des activités socialisantes.
CAP’Ado permet de regagner confiance en soi et de prendre conscience de ses compétences. En s’appuyant sur l’expérience de thérapeutes, d’aînés et d’un réseau de professionnels, le jeune va pouvoir se construire une trajectoire de vie.
L’équipe de CAP’Ado peut intervenir ponctuellement dans le lieu de vie. Il s’agit d’aller à la rencontre de jeunes et de leurs proches pour rompre l’isolement et créer le lien avec le réseau de professionnels. C’est aussi l’occasion d’évaluer des situations particulières, afin de proposer des ajustements dans les prises en soins, de renforcer la collaboration avec les foyers éducatifs et scolaires, et enfin d’améliorer les processus de transition avec l’unité hospitalière.
NT/c