Des salles de classe à la finale de Coupe: les parcours mêlés de Bastien Toma et Euclides Cabral

Bastien Toma et Euclides Cabral ©FC St-Gall
Football
Hugo Da Custodia
Journaliste RP

Le FC Sion n’est pas concerné par la finale de la Coupe de Suisse cette saison mais deux joueurs valaisans seront de la fête ce dimanche. Ils évoluent tous deux au FC St-Gall et sont de la même génération : Bastien Toma et Euclides Cabral.

Pendant que le FC Sion se bat pour son maintien en Super League, deux Valaisans vivent une fin de saison plus enthousiasmante à St-Gall. Bastien Toma et Euclides Cabral partagent plusieurs points communs. Les deux joueurs ont participé activement à la récupération spectaculaire de la formation St-Galloise. Une formation qui était encore à la peine en championnat en janvier et qui est désormais 5ème. Surtout, ils disputeront ce dimanche la finale de la Coupe de Suisse.

Une première épopée commune

Nés tous deux en 1999, les footballeurs se sont croisés d’abord en sélection valaisanne avant de faire un bout de chemin tant sur les bancs d’école à Grône que sur les terrains au sein des structures du FC Sion. Les voilà prêts à relever un nouveau défi.

« On a remporté une Coupe ensemble. Ça serait beau de le refaire avec les pros. » Bastien Toma

« Avec Euclides, on a tout fait ensemble, relate Bastien Toma. C’est mon pote. Des M14 aux M18 on a vécu beaucoup de choses. On a même remporté la Coupe (ndlr : victoire aux tirs aux buts du FC Sion M18 contre le Team YB, 6-5 en juin 2017). Ça serait beau de le refaire avec les pros. » Interrogé sur ces mêmes souvenirs, Euclides Cabral confirme la bonne entente. « On est souvent ensemble, sur et en dehors du terrain. C’est un ami et le fait qu’on soit de nouveau collègues c’est un plaisir. »

Des choix différents

Avant de se retrouver en Suisse orientale, les deux Valaisans ont pris des chemins opposés. Pendant que Bastien Toma perçait dans la première équipe du FC Sion, Euclides Cabral signait en 2017 un contrat de formation à Sporting, au Portugal. Il est ensuite revenu en Suisse, d’abord à GC en 2019, puis à St-Gall l’année dernière. Le latéral est catégorique. S’il était resté en Valais il n’aurait pas eu la même carrière. « Franchement je ne pense pas. En allant au Portugal j’ai découvert un football différent. C’était un autre niveau. Cette expérience m’a fait du bien. » Le monde qu’il découvre dans l’académie lusitanienne est fait d’exigence et de reconnaissance. « On traite les jeunes comme des pros, reprend-il. Le style de jeu prôné est très différent, tout comme le rythme. »

« J’aurais aimé jouer en pro au FC Sion mais j’ai dû faire des choix pour arriver là où j’en suis. » Euclides Cabral

En quittant le Valais pour Lisbonne, Euclides Cabral a pris une première décision forte dans sa carrière. Quand on lui demande s’il a des regrets de ne pas avoir percé à Tourbillon, le joueur de 23 ans réfute. « Aucun. J’aurais aimé jouer en pro au FC Sion mais j’ai dû faire des choix pour arriver là où j’en suis. Je vois mon expérience à Sporting comme un vrai plus dans mon parcours. »

Retrouvailles promues par Zeidler

Tentés par une expérience à l’étranger à des phases différentes de leur carrière, Bastien Toma et Euclides Cabral ont opté pour un retour en Suisse. Pour diverses raisons. « C’est toujours une histoire de choix. Sporting me suivait depuis des années et j’avais reçu une offre que je ne pouvais pas refuser. Pour les Grasshoppers c’est la même chose. Ils me donnaient l’opportunité de lancer ma carrière dans le monde professionnel. »

« Peter Zeidler m’a contacté et j’ai trouvé son discours intéressant. » Euclides Cabral

Une fois la carrière véritablement lancée à GC, un nouveau (ancien) facteur est entré en ligne de compte : Peter Zeidler. « Il me connaissait depuis l’époque des M21 du FC Sion. C’est lui qui m’a contacté et j’ai trouvé son discours intéressant. » L’entraîneur allemand, encore lui, est aussi impliqué dans la signature de Bastien Toma chez les Brodeurs. « C’était mon premier coach en pro et j’ai toujours eu une bonne entente avec lui. Son style de jeu me convenait. »

Un avenir qui reste à définir

Outre leur vécu commun et leur appartenance actuelle à St-Gall, Toma et Cabral connaissent également une situation comparable en ce qui concerne leur futur à moyen terme. Il est incertain. Euclides n’a, à l’heure actuelle, pas d’employeur pour la saison prochaine. « On verra à la fin du championnat s’il y a du changement », conclut-il.

« Je retournerai à Genk au mois de juillet avec l’ambition de décrocher ma place. » Bastien Toma

Bastien Toma, lui, dispose encore d’un an de contrat en Belgique, où il n’a peut-être pas dit son dernier mot. « Je suis encore un joueur de Genk donc j’y retournerai au mois de juillet avec l’ambition de décrocher ma place. Dans le football, on ne sait jamais mais ça reste mon but principal. » Avec une victoire en Coupe de Suisse sur leur CV, Bastien Toma et Euclides Cabral pourraient envisager la suite de leur carrière de manière plus sereine. Ils devront pour cela, avec leur équipe de St-Gall, se défaire du FC Lugano. La finale est prévue ce dimanche dès 14h au Wankdorf à Berne.

HDC
Thèmes liés à l'article
FootballFC Saint-GallFC Sion
Catégories
Les articles les plus lus