Des experts rencontrent des parlementaires à Berne

Des experts du climat et des parlementaires débattent lundi à Berne au Palais fédéral (illustration). ©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE
Climat
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le Parlement fédéral à Berne est le théâtre d'une rencontre inédite sur le climat. Des scientifiques y rencontrent des parlementaires pour débattre du réchauffement climatique et de la crise de la biodiversité.

"Inverser la tendance dans les domaines du climat et de la biodiversité": c'est sous ce titre que la rencontre se tient lundi dans la salle du Conseil national. Sa présidente, l'écologiste argovienne Irène Kälin, a lancé l'invitation en décembre dernier, de concert avec son homologue du Conseil des Etats, le libéral-radical Thomas Hefti (GL).

Les récents rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) seront au centre des discussions. Les autrices et auteurs suisses ayant participé aux rapports seront présents lors des débats. Ils ont synthétisé les principaux résultats de leurs travaux pour la Suisse. "Nous avons besoin d'un meilleur échange entre la science et la politique", souligne Sonia Seneviratne de l'EPF de Zurich, autrice principale du rapport.

Suisse réchauffée

En Suisse, le réchauffement climatique est déjà au-delà des 2°, soit presque le double du réchauffement mondial de 1,1°. Canicules, sécheresses et crues engendrent les conséquences les plus graves, lit-on dans la documentation des scientifiques qui sert de base aux discussions.

La forte dépendance vis-à-vis de l'étranger rend le pays très vulnérable aux crises internationales, préviennent aussi les scientifiques. "L'interruption des chaînes d'approvisionnement internationales mettrait en péril la capacité de la Suisse à répondre à ses besoins, par exemple en cas de sécheresse ou de crise sanitaire." Et la Suisse a pris du retard en matière d'investissements dans la protection du climat par rapport à beaucoup d'autres pays européens, selon les experts.

Polémique

L'invitation d'Irène Kälin avait fait couler de l'encre en décembre dernier. Des voix, notamment à l'UDC et au PLR, ont accusé la première citoyenne du pays d'avoir cédé face à la pression de la rue et notamment à une grève de la faim.

Le militant pour le climat Guillermo Fernandez s'était installé sur une chaise au milieu de la Place fédérale et avait cessé de s'alimenter durant 39 jours, jusqu'à l'annonce d'Irène Kälin. Ce Fribourgeois, père de trois enfants, avait entamé son action le 1er novembre pour obtenir un engagement fort et clair de la part des autorités suisses en faveur du climat, dénonçant l'attentisme helvétique.

ATS
album_image
En ce moment
OverthinkingMARYNE