Des bouchons sur des kilomètres au Gothard - Un week-end record

Le Vendredi saint, le trafic s'était accumulé sur plus de 20 kilomètres entre Amsteg (UR) et Beckenried (NW) (archives). ©KEYSTONE/URS FLUEELER
Trafic
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les traditionnels bouchons au Gothard ont été près de leur record, ce week-end de Pâques. Jusqu'à 22 km ont été mesurés en direction du sud vendredi. Dans l'autre sens, l'embouteillage devant le tunnel s'est résorbé dans la nuit de lundi à mardi.

Le bouchon dans le sens des retours sur l’autoroute A2 s’est dissipé mardi à 1h00, a annoncé la police cantonale du Tessin sur Twitter. Lundi en début d’après-midi, la circulation était paralysée sur 15 kilomètres.

La Centrale routière Viasuisse a expliqué ce flux de véhicules par le grand besoin d'évasion après deux années de restrictions dues au Covid. Par le passé, le tunnel du Gothard n'avait connu qu'une fois des embouteillages plus longs à Pâques.

C'était 25 kilomètres en 1998, à cause d'un retour de l'hiver et ses conséquences sur les routes. Le record absolu est toutefois de 28 km, atteints à deux occasions lors de week-ends de Pentecôte. En 1998, à cause de l'incendie d'un car sur l'itinéraire alternatif du San Bernardino et en 1999, cet itinéraire alternatif de l'A13 étant cette fois fermé pour causes d'inondations aux Grisons.

Alternatives

Ce besoin d'évasion s'était déjà remarqué sur la densité du trafic dès le week-end précédent, avec 14 km le samedi des Rameaux. Et la semaine, déjà dans la nuit du jeudi à vendredi, la longueur des bouchons n'est jamais descendue en dessous de 8 kilomètres. Il a atteint son paroxysme en début d'après-midi, à 22 km, soit plus de trois heures et demie d'attente, selon le TCS.

La patience était également de mise sur la route du San Bernardino: vendredi, les voyageurs sur l'A13 avaient besoin d'environ une heure de plus que d'habitude pour parcourir le tronçon entre Coire et Bonaduz, a indiqué Barbara Roelli de Viasuisse à l'agence de presse Keystone-ATS.

L'Office fédéral des routes (OFROU) a donc recommandé aux voyageurs venant de l'ouest de la Suisse de passer par le Valais, c'est-à-dire par le chargement des voitures au Löschberg, ou par le tunnel du Grand-Saint-Bernard, comme itinéraire alternatif supplémentaire vers l'Italie. Lundi dans le sens des retours, il fallait néanmoins compter avec près d'une demi-heure d'attente avant de charger son véhicule à Goppenstein pour le Lötschberg ou à Oberwald pour la Furka.

Retours

Avec ces départs supérieurs aux prévisions, les automobilistes ont apparemment anticipé les retours. Dimanche déjà, la Centrale routière du TCS/Viasuisse mesurait jusqu'à sept kilomètres d'embouteillage au portail sud du Gothard.

Et lundi, le tunnel s'est à nouveau transformé en goulet d'étranglement dès la matinée pour les voyageurs de retour des congés de Pâques. Le bouchon entre Faido et le Gothard s'est progressivement allongé pour atteindre jusqu'à 15 km en début de soirée.

Le point culminant du trafic devait être atteint en soirée, mais le trafic ne pourrait retrouver sa fluidité pas avant mardi, selon Viasuisse. Les vacances pascales se poursuivant cette semaine pour certains, la Centrale routière n'exclut pas que les retours s'échelonnent encore durant quelques jours.

De manière plus surprenante, selon Viasuisse, des bouchons se sont également formés dès le matin dans le sens inverse, en direction du sud, également sur plusieurs kilomètres. Le temps d'attente a parfois dépassé une heure.

Au cours des deux dernières années, marquées par la pandémie de coronavirus, les embouteillages s'étaient faits plus rares. En 2020, les autorités avaient notamment déconseillé les voyages vers le sud en raison de la situation sanitaire au Tessin, ce qui n'avait entraîné aucune file d'attente à Pâques. L'année suivante, des bouchons avaient été enregistrés, mais dans une faible mesure.

ATS
Les articles les plus lus