Denis Wicki, l'homme de l'ombre qui fait briller Michelle Gisin

Denis Wicki ©Rhône FM
Ski alpin
Justin Grept
Responsable des sports

Rencontre avec Denis Wicki, nommé il y a deux semaines dirigeant de l'année du sport valaisan. Le coach chez Swiss Ski évoque la saison incroyable de Michelle Gisin, son amour pour le val d'Anniviers et les Mondiaux 2027 à Crans-Montana.

Denis Wicki - nommé il y a deux semaines dirigeant de l’année lors des mérites sportifs valaisans – passe actuellement du bon temps, chez lui, à Vecorin. L’entraineur des techniciennes chez Swiss Ski en profite pour se ressourcer après une saison très intense, durant laquelle sa protégée Michelle Gisin a remporté deux médailles olympiques. Un résultat quasi inespéré après que l’Obwaldienne a souffert d’une mononucléose l’été passé. 

Depuis 10 ans avec Gisin

Quel rôle le coach de 60 ans a-t-il joué pour ce retour au premier plan de Michelle Gisin ? «C’est elle qui skie, qui réalise toutes les performances, qui passe des heures à s’entraîner», répond tout en humilité Denis Wicki. «Ma part là-dedans, c’est que Michelle a une grande confiance en moi, qu’elle est attentive, respecte ce que je lui demande. Elle ne se pose pas de question, car elle est convaincue que ça va l’amener vers la performance. Cette relation de confiance est le fruit d’une collaboration de dix ans.» 

«Reprendre l’entreprise familiale m’a permis de prendre le recul nécessaire pour réaliser la chance que j’ai d’être coach de ski.» Denis Wicki 

Dix ans au cours desquelles seuls les résultats comptaient, même quand, comme avec Michelle Gisin, le feeling passe parfaitement. Un mantra qui accompagne Denis Wicki depuis ses débuts comme entraineur. Qu’il a effectué à 18 ans, après avoir abandonné la compétition. Mais dans les années 90, celui qui a grandi à Genève avait tout plaqué pour reprendre l’entreprise familiale.

L’appel de Pirmin Zurbriggen 

Une expérience enrichissante sur le plan humain. «C’est une chance d’avoir pu connaître cela, car quand on est entraineur de ski, on ne réalise pas forcément tout ce qui se passe à côté dans la vie. C’était la gestion d’une grosse entreprise de menuiserie- charpente. Ça m’a permis de prendre du recul par rapport à ce que vit un coach de ski et quelle chance il a de faire ce métier.» 

Un appel de Pirmin Zurbriggen pour reprendre du service à Ski Valais a mis un terme à cette expérience hors du monde du ski alpin. Il passe ensuite six ans au centre NLZ de Brigue avant de rejoindre Swiss Ski en 2014. Jusqu’à quand, encore ? Denis Wicki laisse la question en suspens. Avec, dans un coin de sa tête, le rêve de terminer en 2027, lors des Mondiaux à Crans- Montana. 

«Mélanie Meillard et Camille Rast auront l’âge parfait pour performer aux Mondiaux de Crans-Montana, être sur les podiums et faire plaisir à tout le Valais.» Denis Wicki 

Des Mondiaux où le technicien voit les Valaisannes Camille Rast et Mélanie Meillard jouer les premiers rôles. «Elles auront l’âge parfait pour performer et être sur les podiums et faire plaisir à tout le Valais. Elles ont le niveau pour le faire. Mélanie connait un difficile retour de sa blessure. Mais avec le temps, elle va à nouveau être au contact. Je la vois revenir à un bon niveau dès la saison prochaine. Camille, pas de souci pour elle. Elle est prête pour aller chercher les grandes performances.»

Mais avant les Mondiaux à Crans-Montana, Denis Wicki et ses protégées doivent remettre l’ouvrage sur le métier pour préparer la saison prochaine. Avec Michelle Gisin, le coach de Vercorin espère viser le podium du classement général.

«Durant la saison, je ne passe que deux jours par mois à Vercorin»
«La saison de Michelle a été exceptionnelle; surtout compte tenu de sa mononucléose l’été dernier.»
JG
Thèmes liés à l'article
Ski alpinDenis WickiCrans-Montana
Catégories
Dossier Mondiaux 2027 à Crans-Montana
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
CirclesPOST MALONE