De plus en plus de services administratifs demandés en ligne

Grâce au portail EasyGov.swiss, les entreprises ont eu plus recours aux services administratifs que la population (archives). ©KEYSTONE/MARCEL BIERI
Cyberadminist..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Commander un extrait du casier judiciaire ou remplir sa déclaration d'impôts: de plus en plus de Suisses utilisent Internet pour les services administratifs. La demande est supérieure à l'offre, selon une étude publiée mardi.

En 2021, la population (+6%) et les entreprises (+5%) ont eu davantage recours aux prestations administratives par voie électronique qu'en 2018, selon l'étude nationale sur la cyberadministration 2022. La majorité effectue au moins la moitié de leurs démarches par ce biais. Les personnes interrogées apprécient la flexibilité temporelle et géographique ainsi que le gain de temps qui en découlent.

Les Romands (55%) ont plus recours aux services en ligne que les Suisses alémaniques (52%) et les Tessinois (32%) pour une offre comparable dans toutes les régions linguistiques. Les citadins (53%) sont de plus grands usagers que la population rurale (47%).

La catégorie des 25 à 54 ans utilise le plus les prestations de cyberadministration (55%). Suivent les 55-64 ans (49%), les 18-24 ans (46%) et les 65-70 ans (43%).

Pas tous les services ne sont connus

La déclaration d'impôts en ligne est le service le plus prisé: trois quarts des contribuables l'utilisent. La déclaration d'impôts sous forme papier est appelée à disparaître, note l'enquête représentative menée auprès de la population, des entreprises et de l'administration.

La demande a été forte aussi quant à la commande en ligne d'un extrait du casier judiciaire ou du registre des poursuites: 40% des personnes interrogées y ont eu recours en 2021, contre 28% en 2018.

D'autres services existent mais ne sont pas toujours connus. C'est le cas par exemple pour commander une attestation de domicile ou remplacer son permis de conduire.

Cette difficulté à trouver les offres adéquates constitue un frein à l'utilisation des prestations de cyberadministration, selon l'étude. Le manque de confiance dans la protection des données joue aussi un rôle, même si le droit de consultation des données a été peu exercé (une personne sur dix). Les jeunes de 18 à 24 ans sont moins soucieux que leurs aînés par rapport à l'utilisation que les autorités font de leurs données.

Davantage utilisé par les entreprises

Les entreprises ont eu plus souvent recours aux services administratifs que la population, grâce au guichet EasyGov.swiss. Celui-ci centralise pour elles les demandes électroniques de permis ou d'inscriptions.

La population souhaite aussi une telle centralisation: près d'un tiers des personnes interrogées sont favorables à un portail rassemblant les offres de la Confédération des cantons et des communes. Les services doivent pouvoir être disponibles sur mobile.

L'enquête a été menée par l'Administration numérique suisse (ANS) et le Secrétariat d'Etat à l'économie en collaboration avec l'institut de sondage indépendant DemoSCOPE. Elle regroupe 2619 réponses de la population, 1407 d'entreprises, 16 des départements fédéraux, 25 des autorités cantonales et 1007 des communes.

Deux études similaires ont déjà été publiées en 2017 et en 2019. Elles doivent permettre aux autorités de recueillir des informations sur les prestations électroniques souhaitées.

La Confédération, les cantons et les communes entendent concevoir leur offre numérique de sorte à ce que le canal électronique devienne à l'avenir le premier choix de contact. L'ANS, opérationnelle depuis janvier, coordonne les trois niveaux étatiques en matière de cyberadministration.

ATS
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
Sweetest ThingU2