Contrainte sexuelle: Yves Allegro condamné à 20 mois avec sursis

L'ancien joueur de tennis professionnel Yves Allegro a été condamné à 20 mois de prison avec sursis par le tribunal cantonal. Sa peine est ainsi réduite de quatre mois par rapport au jugement de première instance (archives). ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Justice
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le tribunal cantonal valaisan a condamné Yves Allegro à une peine privative de liberté de vingt mois avec sursis de deux ans. L'ex-tennisman professionnel a été reconnu coupable de contrainte sexuelle. Les parties se réservent le droit de recourir au tribunal fédéral.

Le tribunal cantonal a considéré que l'accusé "avait usé de violence envers la plaignante pour la contraindre à subir divers actes d’ordre sexuel dans la nuit du 23 au 24 octobre 2014". La cour s'appuie notamment sur les expertises médico-légale et psychiatrique de la partie plaignante et l'état de stress post-traumatique de la victime dont les bribes de souvenirs ne "sauraient être le fruit d’hallucinations ou d’une reconstitution mentale".

Comme le tribunal de première instance, la cour cantonale a acquitté Yves Allegro de l'infraction de viol. Le quadragénaire devra s’acquitter d’un montant de 3500 francs à titre de dommages et intérêts en faveur de la plaignante ainsi que d’une indemnité de 15'000 francs à titre de tort moral. L'entier des frais de première instance et le tiers des frais d'appel ont été mis à sa charge, indique le tribunal cantonal jeudi dans un communiqué.

Recours possibles

Yves Allegro "se réserve le droit de recourir au Tribunal fédéral", ont indiqué ses avocats via un communiqué. Ils relèvent que la peine de leur client a été réduite et indiquent qu'il a "notamment été acquitté de l'infraction de viol ainsi que de contrainte sexuelle sur certains actes".

Recours possible également du côté de la partie plaignante. Me Harlad Gattlen a indiqué à Keystone-ATS que sa cliente n'avait pas encore pris de décision pour l'heure. Quant au ministère public, il indique vouloir "analyser le jugement afin de décider de l'opportunité d'un recours".

Par sa décision, le tribunal cantonal n'a pas suivi la défense, qui demandait l'acquittement, ni le ministère public qui avait requis lors du procès début avril, trois ans de prison ferme contre Yves Allegro pour viol et contrainte sexuelle.

En 2014 à Tallinn

Les faits reprochés au Valaisan remontent à octobre 2014, lors d'une réunion d'entraîneurs de Tennis Europe à Tallinn (Estonie). Les membres des délégations suisse et autrichienne se sont rendus dans un bar puis, Yves Allegro et la plaignante, tous deux alcoolisés, ont ensuite regagné une chambre de leur hôtel.

Le lendemain, ni l'un ni l'autre ne disent se souvenir de ce qui s'est passé durant la nuit. Ils échangent des SMS dans lesquels le Valaisan s'excuse notamment "pour cette nuit" et son comportement "pas digne d'un gentleman" et la plaignante s'étonne des bleus et autres marques qu'elle a sur le corps avant que des souvenirs ne lui remontent progressivement à la mémoire.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
PayphoneMAROON 5